•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Twitter va bannir les internautes qui font de la désinformation sur les vaccins

Photo d'un écran de téléphone montrant différentes icônes d'applications, dont celle de Twitter, au centre.

Twitter a déjà retiré des milliers de tweets de désinformation à travers le monde.

Photo : iStock / DKart

Agence France-Presse

Twitter a annoncé lundi son intention de renforcer sa lutte contre la désinformation sur les vaccins, avec notamment la possibilité de bannir les internautes au bout de cinq rappels à l'ordre.

Nous pensons que ce système d'avertissements va aider à éduquer le public sur nos règlements et à réduire la propagation d'informations potentiellement dangereuses ou trompeuses sur Twitter, notamment pour des infractions répétées, modérées ou graves, a indiqué le réseau dans un communiqué.

En décembre, Twitter avait déjà décidé de demander aux utilisateurs et utilisatrices de supprimer certaines fausses affirmations, notamment celles suggérant que les vaccins étaient utilisés pour porter atteinte aux populations ou les contrôler.

Le réseau social visait aussi les mensonges sur de prétendus effets indésirables ou des remises en cause de l'existence même de la COVID-19 et de la nécessité de se faire vacciner.

Depuis, les équipes de modération de la société californienne ont retiré plus de 8400 tweets et envoyé des avertissements sous forme de notifications à quelque 11,5 millions de comptes dans le monde.

Désormais, à partir du deuxième avertissement, les internautes verront leur compte bloqué pendant 12 heures. Au quatrième avertissement, le blocage durera 7 jours. Au cinquième, il deviendra permanent.

Les réseaux sociaux serrent la vis

Ce système s'inspire de celui contre la désinformation liée aux élections et aux processus civiques, qui a notamment conduit Twitter à bannir l'ancien président américain Donald Trump pour des infractions répétées comme l'incitation à la violence et ses messages jetant le discrédit sur le scrutin présidentiel.

Dès octobre, alors que les vaccins n'en étaient qu'au stade des tests cliniques, YouTube et Facebook avaient annoncé un règlement strict visant à interdire la désinformation sur les vaccins et les efforts pour nuire aux campagnes de vaccination.

Twitter va aussi adosser des étiquettes aux messages pouvant contenir des informations trompeuses sur les vaccins contre le COVID-19, selon le communiqué publié lundi.

Des modératrices et modérateurs seront chargés de déterminer quels contenus enfreignent les règlements, mais la plateforme compte mettre au point un système partiellement automatisé pour détecter les messages problématiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !