•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vente avortée d'Énergie NB qualifiée d’« occasion manquée du siècle »

Des compteurs d’électricité de la société Énergie NB.

La dette de la société Énergie Nouveau-Brunswick atteindra bientôt 10 milliards de dollars.

Photo : Autre banques d'images / Guy R. Leblanc

Radio-Canada

La dette de la société Énergie Nouveau-Brunswick est imposante, mais l'économiste Richard Saillant estime que la croissance économique peut contribuer à en réduire le poids à long terme.

Comme l'a récemment souligné la vérificatrice générale Kim Adair-MacPherson, en tenant compte des travaux pour remettre à niveau les centrales électriques de Mactaquac, de Belledune et de Coleson Cove, le montant total de la dette d'Énergie NB pourrait atteindre près de 10 milliards de dollars d'ici 2031.

Les vannes du barrage.

Le barrage hydroélectrique de Mactaquac atteindrait sa durée de vie utile en 2030 (archives).

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Et cette dette s'ajoute à celle de la province, rappelle M. Saillant. Lorsqu'on considère la [totalité de la dette] endossée par les contribuables néo-brunswickois, on parle bien au-delà de 20 milliards de dollars, estime l’économiste.

La dette d'Énergie NB sera difficile à rembourser, selon Richard Saillant.

Par le passé, les agences de notation de crédit comme Standard & Poor's ont indiqué que la dette d’Énergie NB ne l'était pas, ce qui voulait essentiellement dire que si Énergie NB était une entreprise privée qui devait voler de ses propres ailes, elle ferait faillite, explique-t-il.

La vente d'Énergie NB à Hydro Québec il y a une dizaine d'années a été l'occasion manquée du siècle pour se départir de cet immense albatros qui pend autour du cou du contribuable néo-brunswickois.

Une citation de :Richard Saillant, économiste

Énergie NB détient le plus important ratio d'endettement au pays pour des sociétés de la Couronne semblables. Mais il y a des lueurs d'espoir.

La trajectoire fiscale du Nouveau-Brunswick ces dernières années ne s'est pas aggravée, elle ne s'est pas détériorée malgré la pandémie. Au cours des quatre ou cinq dernières années, la trajectoire fiscale du Nouveau-Brunswick s'est en fait quelque peu améliorée, indique Richard Saillant.

Richard Saillant.

L'économiste Richard Saillant estime que la croissance économique peut contribuer à réduire le poids de la dette d'Énergie NB (archives).

Photo : Radio-Canada

Il est possible de maintenir une dette à long terme sans faire face à une catastrophe. Si la dette n'augmente pas plus que par 3 %, on garde une trajectoire qui est non seulement viable, mais qui est intacte, dit-il.

Dans ce contexte, même si elle reste importante, la dette d'Énergie NB pourrait peser moins sur les finances publiques.

Cette dette-là, ultimement, l'idée, c’est si l'économie du Nouveau-Brunswick continue de croître au cours des générations à venir, bien, son poids va être moindre, souligne Richard Saillant.

Des décisions importantes devront être prises, selon l'économiste, en ce qui a trait à l'approvisionnement futur en énergie au Nouveau-Brunswick afin d'éviter des investissements non rentables.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !