•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : une rencontre en mars avec le gouvernement pour éviter tout retard

Régis Labeaume est le maire de Québec.

Le maire de Québec Régis Labeaume sollicite une rencontre le plus tôt possible avec le gouvernement (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Régis Labeaume croit qu'une décision rapide permettrait de lancer l'appel de proposition avant la fin du premier trimestre.

On est prêt! Le plus tôt sera le mieux, répète le maire de Québec qui sollicite une rencontre le plus tôt possible avec le gouvernement.

Une entente en mars permettrait de respecter l'échéancier que s'était fixé le Bureau de projet pour lancer l'appel de proposition.

Sans dévoiler les détails du projet qu'il qualifie de « gagnant-gagnant », Régis Labeaume prévient qu'il n'y a pas de changements fondamentaux dans la nouvelle mouture.

Le maire confirme que la nouvelle version ne vient pas remettre tout le tracé en question.

Les données d'achalandage sur lesquelles s'appuie la Ville sont toujours les mêmes. Les données démographiques, tu ne peux pas les tricoter et les inventer, a affirmé le maire.

Pas question de détruire ce qui a été construit depuis tant d'années. Il faut comprendre ce que l'autre veut. On pense qu'on est dedans.

Une citation de :Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire pense avoir en main un projet de tracé qui devrait répondre aux critères fixés par le gouvernement pour donner son feu vert au projet.

Il plaide également pour que la Ville reçoive sa part des investissements pour la relance post-pandémie.

Régis Labeaume ne dit pas si sa proposition coûtera plus cher que les 3 milliards prévus.

Il souligne toutefois avoir bien noté les récentes déclarations du ministre des Transports, François Bonnardel, qui ouvre la porte à bonifier l'enveloppe.

Le maire a hâte de rendre son projet public. Je suis tanné des secrets.

Désaveu

Lors de la séance du conseil municipal, Québec 21 a accusé le maire d'avoir perdu la confiance du gouvernement après avoir boudé lorsque celui-ci lui a demandé de refaire ses devoirs et modifier le tracé.

Le maire est incapable d'accepter les propositions qui ne viennent pas de lui, a martelé le chef de l'opposition officielle.

Sa mauvaise attitude et ses mauvaises manies le rattrapent au moment où il tente de livrer le plus important projet de sa carrière politique.

Une citation de :Jean-François Gosselin, chef de l'opposition officielle, Ville de Québec

Jean-François Gosselin remet en doute les conclusions auxquelles la Ville arrive pour justifier un tracé jusqu'à LeGendre.

S'appuyant sur des données provenant du Bureau de projet, il a brandi une carte qui démontre le peu d'activités dans le secteur. La science nous dit que l'achalandage n'est pas suffisant pour se rendre jusqu'à LeGendre, a-t-il expliqué.

Il reproche au maire de miser sur un développement immobilier hypothétique et heureusement, le gouvernement l'a compris, a-t-il conclu.

Rencontre

Aucune date n'a encore été retenue pour une première rencontre entre le maire et le ministre des Transports. Selon Régis Labeaume, les discussions sont en cours pour trouver un moment dans les agendas respectifs.

Québec 21 souhaiterait que les activités du Bureau de projet soient suspendues le temps qu'une entente soit conclue. C'est logique, croit Jean-François Gosselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !