•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Mondiaux rêvés d’Antoine Cyr

Antoine Cyr skie sous la neige lors d'une épreuve des Championnats du monde.

Le fondeur Antoine Cyr a obtenu ses meilleures performances en carrière aux Championnats du monde de ski de fond (archives).

Photo : Courtoisie / Doug Stephen

À 22 ans, Antoine Cyr participe à ses premiers Championnats du monde seniors de ski de fond à Oberstdorf, en Allemagne. Face à l’élite mondiale de son sport, il a obtenu ses meilleures performances en carrière au cours de la fin de semaine.

Le Gatinois a commencé par une place au 31e rang du sprint, jeudi, son meilleur classement dans le circuit senior. Il a amélioré sa marque, samedi, en terminant 27e du skiathlon. Puis dimanche, lui et son coéquipier Graham Richie ont causé la surprise en prenant la 7e position du sprint par équipe.

Ça nous a ouvert les yeux, un peu. À 22 ans tous les deux, on était de loin l’équipe la plus jeune, a indiqué Antoine Cyr, en entrevue, au lendemain de son exploit. C’était le fun de voir qu’on était rendus au niveau de se battre contre les meilleurs au monde.

Le natif de l’Outaouais a pris le départ et avait comme mission de bien se positionner pour les relais, afin de permettre à son ami et co-chambreur d’exploiter ses capacités de sprinteur au maximum.

Au terme des six tours que comporte l’épreuve, ils ont terminé avec un retard de 17,06 secondes sur les gagnants, les Norvégiens. Les Canadiens ont franchi la ligne d’arrivée au coude à coude avec trois autres équipes.

On sprintait à la ligne avec le Suédois qui a deux victoires en sprint cette année en Coupe du monde, l’Italien qui a deux globes de cristal et le Français qui est médaillé olympique. On se battait avec ces gars-là qu’on regarde à la télé depuis des années, s’est exclamé l’athlète, qui qualifie d'irréelle sa journée de dimanche.

Objectif top 30

L’exploit est arrivé presque 10 ans, jour pour jour, après la victoire au sprint par équipe d’Alex Harvey et Devon Kershaw, deux modèles pour les fondeurs de la jeune équipe canadienne.

Il voudra d’ailleurs s’inspirer de son bon ami Alex Harvey, dimanche, lors du 50 km style libre, épreuve remportée par le Québécois en 2017.

C’est l’épreuve reine, a expliqué Antoine Cyr, qui ne veut pas se mettre de pression sur les épaules pour cette course. Pour mes premiers Championnats du monde seniors, l’objectif principal ne devrait pas en être un de performance, mais c’est sûr que je vise un top 30.

Pour s’assurer d’avoir l’énergie nécessaire pour y arriver, il a choisi de ne pas prendre part au départ du 15 km, mercredi, afin de se concentrer sur le 50 km et sur le relais 4 x 10 km, vendredi, au cours duquel il s’attend à skier une des portions de style classique du parcours.

J’aurais aimé ça, partir toutes les courses, mais je ne suis pas surhumain et je ne suis pas rendu au niveau où je peux faire ça, a lancé Antoine Cyr en riant.

Ses capacités physiques lui permettent toutefois d’avoir sa place parmi les meilleurs de son sport, bien que les minutes avant les courses continuent d’être impressionnantes.

Ce n’est pas facile d’être un des plus jeunes sur la ligne de départ. C’est un peu intimidant, mais il faut passer par-dessus ça. On a notre place, a-t-il affirmé, comme un mantra qu’il doit se répéter pour se convaincre qu’il n’est pas en train de rêver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !