•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de développement agricole régional ne fait pas l’unanimité

Des bâtiments de ferme et un champ, l'hiver.

Un groupe souhaite développer d'avantage l'agriculture dans le corridor de la route 11, entre Timmins et Hearst.

Photo : Radio-Canada / David Richard

Le conseil municipal de Kapuskasing a rejeté une demande de participation financière pour l’élaboration d’un plan d’affaires destiné au développement de l’agriculture dans la grande ceinture d’argile, qui s’étend de la région de Hearst à celle d’Iroquois Falls et Timmins.

Kapuskasing est l'une des douze communautés membres du Réseau communautaire du Nord-Est (RCNE) qui ont été invitées à contribuer au projet.

Le montant demandé à la municipalité s'élevait à 11 300 $, soit la deuxième somme la plus importante après Timmins, qui a accepté de contribuer au projet à hauteur de 25 000 $.

Le RCNE comptait recueillir plus de 100 000 $ auprès des communautés de la région pour obtenir du financement gouvernemental.

Dans une résolution de refus, le conseil municipal de Kapuskasing note que la demande ne reflète pas les intérêts primordiaux de la municipalité en ce qui concerne l'utilisation et la gestion des ressources naturelles y compris la foresterie et les terres publiques.

Le projet touche principalement au développement agricole de terres privées, mais les élus de Kapuskasing craignent qu’il ne s’étende ensuite aux Terres de la Couronne.

Ils anticipent un impact négatif sur l’approvisionnement en bois de l'usine de papier journal de l'entreprise Rayonier Advanced Materials à Kapuskasing, l’employeur principal de la communauté.

L'usine Rayonnier de Kapuskasing.

L'usine de Rayonier Advanced Materials à Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Selon la conseillère Guylaine Scherer, l'entreprise a indiqué à la municipalité qu’elle ne pouvait se permettre de perdre du territoire.

« C'est clair que le développement agricole pourrait être une avenue intéressante, mais de là à compromettre une autre industrie pour en développer une nouvelle, c'est là où il y avait un malaise. »

— Une citation de  Guylaine Scherer, conseillère municipale de Kapuskasing

Le conseil voudrait que l’industrie forestière ait un mot à dire sur la question.

Avant de pouvoir appuyer le projet, on voulait s’assurer que tous les partis impliqués ou affectés soient consultés, a indiqué Mme Scherer.

Le président du RCNE, Gilles Matko, admet qu’il pourrait y avoir de l’intérêt pour les Terres de la Couronne dans plusieurs années.

Il explique que le plan d’affaires vise à aller chercher des investissements privés et publics pour le développement de grandes fermes de bétail ou de cultures.

C’est de rendre l’agriculture au point où elle pourrait générer beaucoup d’emplois et d’activités économiques pour la région, autant que la foresterie ou les mines, souligne-t-il.

M. Matko indique que les demandes de financement ont déjà été soumises au ministère de l’Agriculture de l’Ontario et à la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario.

Il affirme que des discussions auront lieu avec les représentants de Kapuskasing pour voir s’il est possible d’obtenir leur appui.

« On veut vraiment que toutes nos municipalités embarquent, mais si on a un manque à gagner, on va voir comment on peut s’assurer qu’on a les fonds dont on a besoin. »

— Une citation de  Gilles Matko, président du Réseau communautaire du Nord-Est

En plus de Timmins, les villes de Hearst, Smooth Rock Falls, Moonbeam, Opasatika ont accepté de verser leur part.

Au moins une autre municipalité a refusé de contribuer au projet.

Le conseil municipal de Mattice-Val Côté a indiqué appuyer le projet tout en soulignant ne pas être en mesure de fournir sa part de 6000 $ en raison d’un déficit financier projeté.

Le projet total est évalué à plus de 700 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !