•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discordes politiques autour du rapport Wall sur Keeyask et Bipole III

L'opposition le juge « pas indépendant », Brian Pallister crie au « scandale ».

Un chantier de construction d'une centrale hydroélectrique.

La moitié des effectifs seulement va rester pour poursuivre les travaux de construction sur le site du projet Keeyask.

Photo :  Hydro- Manitoba

Radio-Canada

Lundi, le premier ministre du Manitoba a qualifié de scandaleux les projets de la centrale Keeyask et de la ligne électrique à haute tension Bipole III, menés par les précédents gouvernements néo-démocrates.

Ces projets ont fait l'objet d’une enquête dont le rapport a été rendu public vendredi dernier. Les deux partis d’opposition ont répondu à Brian Pallister en jugeant notamment que l’auteur de l’étude, l’ancien premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall, a été partial.

Pour moi, c’est le plus grand scandale du siècle, cette mauvaise gestion des projets Keeyask et Bipole, a lancé Brian Pallister en conférence de presse.

Selon le premier ministre du Manitoba, les éléments mis en lumière dans l’étude de Brad Wall illustrent un irrespect de la part dans l’ancien gouvernement néo-démocrate.

Le rapport affirme qu’un manque de surveillance gouvernementale, une analyse incomplète des projets et un entêtement politique ont contribué au dépassement des coûts de ces deux constructions d'Hydro Manitoba.

La centrale électrique Keeyask, dans le nord de la province, et la ligne électrique à haute tension Bipole III, destinée à relier le réseau électrique de la province à celui des États-Unis, ont été ordonnées par le Nouveau Parti démocratique (NPD). Ces constructions se sont étalées sur les 15 dernières années, au cours desquelles la dette d'Hydro Manitoba a triplé, pour atteindre plus de 23 milliards de dollars.

Avant même sa publication, le chef du NPD du Manitoba, Wab Kinew, avait décrié un rapport fait par le roi du charbon.

Brad Wall vient d’une province qui repose sur de l’énergie sale et il ne connaît rien à l'hydroélectricité, avait-il ajouté.

Lundi, il a réitéré ses propos tout en affirmant que le gouvernement Pallister n’avait que la privatisation d’Hydro Manitoba en tête.

Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, a lui aussi affirmé que le rapport n’était vraiment pas indépendant.

Si le gouvernement Pallister avait vraiment voulu avoir un rapport indépendant, il aurait dû faire appel au vérificateur général du Manitoba ou à un juge, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !