•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat représentant les employés de Calgary Transit demande des changements

Un homme patiente à une station de Calgary Transit.

Le syndicat des employés de la société de transport en commun demande à la Ville de Calgary de mettre plus d’autobus sur la route, malgré une baisse d’achalandage.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Radio-Canada

Le syndicat des employés de la société de transport en commun de Calgary demande à la Ville d'embaucher à nouveau une partie des 450 travailleurs qui ont perdu leur emploi le printemps dernier pour régler les problèmes opérationnels sur le réseau.

Plusieurs membres du syndicat se plaignent de faire trop d’heures supplémentaires, en plus de n’avoir personne pour les remplacer si leur autobus est surchargé ou en panne.

Normalement, Calgary Transit aurait entre cinq et sept chauffeurs en réserve pour remplacer quand un autobus tombe en panne, affirme le président de la section locale 583 du syndicat des employés de la société de transport en commun de Calgary, Mike Mahar.

C'est une situation problématique, selon lui, car il n’y a plus personne de disponible pour prendre le relais. [Calgary Transit] est au maximum de sa capacité, il n’y a plus de ressources disponibles.

Les chauffeurs sont alors fréquemment invités à faire des heures supplémentaires pour couvrir les pénuries de personnel.

Mike Mahar reconnaît que les heures supplémentaires sont une solution acceptable lorsqu'elle est utilisée de façon responsable, mais craint tout de même de voir cette situation mener à de l’épuisement professionnel chez les membres de son syndicat. Beaucoup d'entre eux ne veulent pas faire d'heures supplémentaires ni ne veulent travailler entre 10 et 12 heures par jour, souligne-t-il.

L’achalandage en forte baisse

Stephen Tauro, un porte-parole de la Ville, souligne que le niveau de service du réseau est de 82 %, même si l'achalandage est seulement de 25 % par rapport à avant la pandémie.

Plusieurs itinéraires ont été réduits ou temporairement suspendus après la chute des revenus et de l'achalandage en raison de la COVID-19.

Les services offerts à Calgary répondent néanmoins aux besoins de 85 % des usagers, selon une enquête en cours sur la satisfaction de ces derniers.

La Ville dit donc qu'elle veut augmenter les services de Calgary Transit uniquement si la demande augmente de manière significative.

C'est donc vraiment un exercice d'équilibre et il faut être responsable avec l'argent des contribuables pour veiller à utiliser ces dollars du mieux qu'on peut.

Une citation de :Stephen Tauro, porte-parole de la Ville de Calgary

Des autobus surchargés malgré tout

Mike Mahar affirme cependant recevoir des copies des rapports quotidiens sur l'achalandage des autobus et qu'il n'est pas rare d'en compter 50 ou plus remplis au maximum de leur capacité.

Une information corroborée par des collègues de CBC, à qui il a transmis l’équivalent d’une semaine de rapports.

Ces rapports sont des données brutes qui nécessitent une enquête plus approfondie pour voir si elles représentent des problèmes nécessitant un changement de service, répond de son côté Stephen Tauro.

Plusieurs pistes de solution, comme la bonification des services ou l’ajustement de la taille de l’autobus, peuvent être établies si les problèmes d'achalandage se produisent de manière répétée, assure le porte-parole de la Ville.

Avec les informations de Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !