•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 a frappé davantage les personnes racialisées au Manitoba

Un rapport de la province examine l'origine ethnique et l'emploi occupé par les personnes qui ont contracté la maladie.

L'aiguille d'une seringue dans le bras d'une personne noire.

Au Manitoba comme ailleurs au pays, les personnes racialisées sont plus durement touchées par la pandémie de COVID-19.

Photo : Getty Images / Jon Cherry

Les autorités sanitaires du Manitoba ont publié pour la première fois des données concernant l'origine ethnique des personnes atteintes de la COVID-19 dans la province. Ce portrait montre que les personnes racialisées ont été plus durement touchées par la pandémie.

Ces données, qui vont du 1er mai au 31 décembre 2020, correspondent à des tendances qui ont été constatées ailleurs, selon le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin.

Les personnes d’origine africaine, philippine, latino-américaine, autochtone de l’Amérique du Nord et sud asiatique sont touchées de façon disproportionnelle par des infections par la COVID-19, déclare-t-il.

Par exemple, bien que les Manitobains d’origine africaine représentent 2 % de la population, 6 % des cas de COVID-19 dans la province proviennent de ce groupe.

Les Philippins, qui représentent 7 % de la population du Manitoba, comptent pour 17 % des infections.

Les Premières Nations, les Inuit et les Métis, qui forment 13 % de la population, ont eu 17 % des infections.

Il est important de noter que les personnes dans ces communautés ne sont pas en train de prendre de mauvaises décisions ou de négliger d’obéir aux directives de la santé publique, souligne le Dr Roussin.

Prendre en compte les facteurs socioéconomiques

Nous devons regarder ces données dans le contexte de facteurs tels que les métiers, le revenu, les conditions de logement, pour comprendre l’effet de l'origine ethnique sur la COVID-19, poursuit-il.

Le Dr Roussin explique que les groupes atteints plus gravement par la pandémie ont tendance à vivre dans un quartier à faible revenu, dans des logements bondés et avec plusieurs générations de la même famille.

La population blanche du Manitoba, qui représente 64 % des habitants, compte pour 48 % des cas de COVID-19. Les populations d’origine chinoise et venant du sud-est asiatique sont aussi sous-représentées parmi les cas de la maladie.

30 % des cas parmi des travailleurs de l'industrie alimentaire

Les groupes surreprésentés ont tendance à occuper des emplois à faible revenu et à travailler dans des secteurs à risque élevé de transmission de COVID-19, telle que la transformation des aliments, les services ou les transports, selon le Dr Roussin.

Selon le rapport, 56 % des cas de COVID-19 se trouvaient chez des travailleurs de ces trois secteurs, celui de l'industrie alimentaire représentant à lui seul 30 % des infections.

Seuls 9 % des cas de COVID-19 au Manitoba ont touché des travailleurs de la santé.

La province note qu'il faut prendre en compte les limites de ce portrait, en raison de données incomplètes et d’un manque de normalisation de la collecte de données. Par ailleurs, l’occupation d’une personne atteinte du virus n’est pas toujours liée à l’infection.

Brent Roussin affirme que la santé publique va tenter d’obtenir des données de meilleure qualité en posant plus souvent des questions concernant l’origine ethnique des personnes ayant contracté la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !