•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plein air : une clientèle majoritairement régionale pour la relâche

Une famille tire des tubes gonflables au Village Vacances Valcartier dans la région de Québec.

Cette famille profitait des glissades au Village Vacances Valcartier lundi matin et avait l'intention de passer toute la semaine de relâche dans la région.

Photo : Radio-Canada

Que ce soit au Village Vacances Valcartier, à la Station de ski Stoneham ou encore à l’Hôtel Québec, la clientèle est majoritairement locale en ce début de semaine de relâche alors que les déplacements entre les régions demeurent déconseillés par la santé publique.

Au Village Vacances Valcartier, à peine 25 % de l’achalandage habituel est admis sur le site, question de limiter le temps d’attente et les attroupements au bas des glissades. La directrice du marketing, Sandra Nadeau, explique que la clientèle qui vient de l’extérieur du Québec est quasi inexistante. Même les visiteurs de l’extérieur de la région se font rares.

On voit que c'est vraiment plus des gens qui viennent de la région ou de Chaudière-Appalaches. Pour l'Hôtel de Glace, on voit un peu plus de clientèle de la province au complet, note la gestionnaire.

Un escalier illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel dans l'Hôtel de Glace de Québec.

L'Hôtel de Glace de Québec (archives)

Photo : Radio-Canada

Presque tous les billets pour les glissades ont été vendus pour la semaine de relâche. C'est quand même le fun à Québec, il y a plein de choses à faire. Hier, on est allé faire la pêche blanche, c'était excellent. Aujourd'hui, c'est le Village Vacances Valcartier, mercredi c'est Tewkesbury. On reste ici, c'est moins stressant, raconte une mère de famille venue glisser avec sa famille lundi matin.

On se trouve chanceux d'avoir au moins un minimum d'activités touristiques à offrir, laisse tomber Sandra Nadeau.

Pas de piscines

Les activités demeurent néanmoins limitées alors que dans le bâtiment voisin, l’immense parc aquatique doit demeurer fermé. On ne peut pas ouvrir le Bora Parc en zone rouge. [..] La clientèle s'attendait à retrouver cette activité-là pour la relâche et il a fallu qu'elle trouve des activités de remplacement, explique-t-elle.

Le Bora parc fermé et désert avec une glissade en colimaçon jaune et verte à l'arrière plan

Le Bora parc est toujours fermé en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La réouverture des piscines municipales a créé une certaine confusion alors que certaines personnes avaient compris que cet assouplissement s'appliquerait aussi aux parcs aquatiques et aux piscines commerciales. Le Village Vacances Valcartier a reçu des milliers d’appels pour savoir si les glissades d’eau seraient ouvertes pour la relâche.

Même déception à l’Hôtel Québec, où les réservations ont chuté en flèche quand il a été confirmé que la piscine demeurerait inaccessible. Juste le fait que les gens avaient un petit moment dans la piscine, ça faisait toute la différence, explique la directrice générale Mireille Bouchard.

À 25 % [d’occupation], des journées comme aujourd'hui, c'est quand même triste, affirme-t-elle alors qu’elle s’attendait à beaucoup mieux pour la semaine de relâche. La déception est encore plus grande alors que l’hôtel avait tout mis en place pour l’ouverture de la piscine et l’achalandage qui en aurait découlé.

Une piscine déserte à l'intérieur d'un hôtel.

Tout était prêt pour ouvrir la piscine intérieure de l'Hôtel Québec.

Photo : Radio-Canada

On avait ouvert la piscine avec le système de réservation. On avait tous les horaires qui étaient faits en conséquence et la nourriture avait été achetée, énumère Mireille Bouchard. À l’image des visiteurs au Village vacances, la directrice note que même à l’hôtel, la clientèle est principalement régionale et souhaite uniquement changer d’air pour quelques jours.

Stoneham

La station de ski Stoneham a elle aussi dû faire face à une vague d’annulation, principalement des touristes qui ont décidé finalement de ne pas se déplacer. La clientèle des autres régions, beaucoup ont cancellé leurs vacances pour la relâche. Ç’a été un peu comme ça tout l'hiver, explique le directeur du marketing Hugues Leclerc.

Comme c’est le cas depuis le début de la saison, la station de Stoneham accueille environ 50 % de sa clientèle habituelle, avec une priorité accorder aux skieurs qui ont des laissez-passer pour la saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !