•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions à l’Université de l’Alberta : craintes pour le Campus Saint-Jean

Le Campus Saint-Jean sous la neige.

Le Campus Saint-Jean subira peut-être des compressions supplémenataires cette année.

Photo : ICI radio-Canada

L’Université de l’Alberta affirme devoir assumer près de la moitié des compressions dans le secteur postsecondaire annoncées dans le budget du gouvernement jeudi dernier. Alors que l’établissement a déjà passé des mois à revoir de fond en comble sa structure pour faire des économies, certains craignent des répercussions sur le Campus Saint-Jean.

L’Université de l’Alberta anticipait une compression de 10 % de son budget cette année. Or, celle-ci serait plutôt de 11 %, soit 60,1 millions de dollars.

Grâce à son plan de restructuration, l’Université a déjà décidé de la majorité de ses compressions administratives, mais elle devra trouver où supprimer 7 millions de dollars supplémentaires, selon son président, Bill Flanagan.

En tout, l’Université a vu son budget fondre de 170 millions de dollars en deux ans et demi.

Vendredi, Bill Flanagan, a dénoncé l’ampleur des compressions. Il a rappelé que le quart des étudiants de la province fréquentent l’Université de l’Alberta, mais que celle-ci doit éponger près de la moitié des compressions budgétaires de cette année.

C’est une compression disproportionnée qui est particulièrement décevante, compte tenu des mesures extraordinaires que l’Université a prises pour réduire ses coûts administratifs et se concentrer sur sa mission principale.

Une citation de :Bill Flanagan, président de l'Université de l'Alberta

Bill Flanagan demande au gouvernement de la prévisibilité dans son financement et de laisser l'Université diversifier ses sources de revenus.

Le ministre de l’Éducation supérieure, Demetrios Nicolaides, affirme être d'accord avec lui et qu'il travaille à établir une formule de financement adéquate. Le gouvernement de Jason Kenney s’est déjà engagé à financer les universités albertaines en se basant notamment sur leur performance.

Inquiétudes au Campus Saint-Jean

M. Flanagan affirme que l’Université devra prendre le temps d’évaluer où elle ira chercher les 7 millions de dollars manquants. La directrice générale de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), Isabelle Laurin, prévoit déjà qu'il y aura des répercussions de ces compressions sur le Campus Saint-Jean.

Évidemment que c’est inquiétant. On n’a pas encore tous les détails, mais on va demeurer à l’affût.

Une citation de :Isabelle Laurin, directrice générale de l'ACFA

Isabelle Laurin rappelle que, l’an dernier, le Campus Saint-Jean a dû obtenir une permission spéciale de l’université pour avoir un déficit de 1 million de dollars, après avoir subi la première vague de compressions. Le Campus Saint-Jean avait alors éliminé 77 de ses 410 cours.

Cela avait permis de maintenir tous les programmes, ce qui est vraiment important pour la communauté. Évidemment, si des réductions supplémentaires s'en viennent, il faudra voir de quelle façon ça affecte le campus, ajoute Isabelle Laurin.

La direction de l'Université présentera son budget à son Conseil des gouverneurs, le 12 mars.

La mission de l'université « en danger »

Jusqu’à maintenant, l’Université de l’Alberta a déjà prévu d’éliminer 1000 postes à temps plein, dont 200 instructeurs, affirme Ricardo Acuña, le président de l’Association du personnel enseignant.

Face à ces nouvelles compressions, il ne voit pas comment l’Université peut éliminer davantage d’emplois sans mettre en danger sa mission fondamentale.

Je ne sais pas comment nous pouvons maintenir un niveau de services adéquats sans surcharger la santé mentale de nos élèves et surmener et exploiter nos employés.

Une citation de :Ricardo Acuña, président de l’Association du personnel enseignant

Ricardo Acuña affirme que le président de l’Université a bien fait de dénoncer ces compressions, mais selon lui, ce dernier doit souligner avec plus de force que la mission même de l’Université est menacée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !