•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des groupes autochtones souhaitent obtenir 6 millions de doses du vaccin AstraZeneca

Gros plan sur le visage de Bobby Cameron, lors d'une conférence de presse.

Selon la FSIN, si la demande de fonds est approuvée, les doses du vaccin AstraZeneca-Oxford pourrait arriver rapidement au Canada.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN) affirme avoir envoyé une lettre d’intention au laboratoire d’AstraZeneca-Oxford, dont le vaccin a récemment été approuvé par Santé Canada, dans le but de sécuriser au minimum 6 millions de doses.

Le communiqué de la FSIN souligne que la lettre ayant été envoyée rapidement au laboratoire, les doses du vaccin pourraient être livrées au Canada sous peu. Selon le chef de la Première Nation crie James Smith, Wally Burns, les doses pourraient arriver d’ici la fin du mois de mars.

Le chef de la FSIN, Bobby Cameron, affirme que 6 millions de doses excéderaient leurs besoins et que les groupes autochtones se feront un plaisir d’aider tous les Canadiens en redistribuant une partie des doses reçues aux autorités sanitaires pour aider à finaliser la vaccination des travailleurs et des personnes prioritaires.

M. Cameron mentionne que les groupes autochtones souhaitent tirer avantage des relations internationales qu’ils entretiennent afin de sécuriser [leurs] propres réserves de vaccin.

Si nous pouvons aider les Canadiens, nous le ferons.

Une citation de :Bobby Cameron, chef de la FSIN

La Première Nation a également un avantage, soit celui de pouvoir user de son droit à la souveraineté pour soumettre cette lettre d’intention, ce que les autres groupes concernés comme la FSIN ou le grand conseil de Prince Albert ne sont pas en mesure de faire.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Des fonds nécessaires

La FSIN, avec la Première Nation crie James Smith, le grand conseil de Prince Albert et le conseil tribal de Meadow Lake, demandent désormais des fonds afin de pouvoir procéder à l’achat des doses du vaccin.

Une lettre obtenue par Radio-Canada/CBC souligne que la FSIN a pris contact avec le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, à au moins deux reprises en février pour demander au ministère 21 millions de dollars pour terminer la commande.

La lettre note que les groupes autochtones avaient la possibilité de sécuriser entre 6 et 60 millions de doses de la part du laboratoire AstraZeneca-Oxford.

Les traités, toujours au cœur de la pandémie

La Première Nation crie James Smith espère que le gouvernement fédéral reconnaîtra la clause de famine et de peste du Traité 6, dont la Première Nation est signataire.

Je prends cela très au sérieux. Je veux que les Traités soient respectés et que des actions soient prises en conséquence.

Une citation de :Wally Burns, chef de la Première Nation crie James Smith

Les clauses signifient pour les chefs autochtones que le gouvernement fédéral a une obligation d’assister et de fournir des soins de santé aux Premières Nations de façon continue.

Selon les autorités sanitaires au pays, le vaccin AstraZeneca-Oxford serait efficace à 62 %. Celles-ci ont également remarqué qu’il est efficace à 100 % pour prévenir les formes graves de la maladie.

Avec les informations de Bryan Eneas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !