•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BAPE favorable à l’agrandissement de la plus grande ferme laitière du Québec

Les cinq silos de la ferme Landrynoise derrière le bâtiment principal.

La Ferme Landrynoise est la plus grande ferme laitière au Québec.

Photo : Radio-Canada

Thomas Deshaies

Malgré quelques drapeaux rouges, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) se montre favorable aux projets d’agrandissement de la Ferme Landrynoise et de la Ferme Lansi, toutes deux situées à St-Albert, dans le Centre-du-Québec. L’organisme gouvernemental souligne que ces projets n'ont rien de « répréhensibles », mais admet qu'ils soulèvent plusieurs inquiétudes.

Si le gouvernement du Québec suit les recommandations du BAPE, la Ferme Landrynoise, qui est déjà la plus grande ferme laitière de la province, pourra donc pratiquement doubler le nombre de bêtes, passant de 2806 à 5200 d’ici 2030.

La Ferme Lansi pourra quant à elle passer de 1441 à 2535 bêtes.

Dans son rapport publié le 26 février, le président de la commission d’enquête du BAPE, Joseph Zayad, mentionne que l’agrandissement des fermes s’inscrit dans une tendance provinciale, nationale et internationale. Malgré les impacts envisagés de ces projets, M. Zayad estime qu’il n’y a rien de répréhensible à la volonté des promoteurs.

M. Zayad juge que la productivité des grandes fermes laitières contribue à une réduction des émissions des émissions de gaz à effet de serre. Une telle efficacité signifie une plus grande production par vache, et conséquemment, moins de vaches pour l’obtention d’un volume de lait donné, décrit-il.

Impact sur la qualité de l'eau

Les activités agricoles dans le secteur de ces deux grandes fermes laitières ont toutefois un impact sur la qualité de l’eau du bassin versant de la rivière Nicolet. Des dépassements quant aux normes exigées sont observés depuis plusieurs années et attribuables, selon le BAPE, à la mauvaise qualité des bandes riveraines et aux pratiques de surfertilisation des cultures.

Joseph Zayad estime d'ailleurs qu'en raison de cette problématique, les projets d’agrandissements des fermes devraient être autorisés sous certaines conditions, et que les travaux, notamment concernant les bandes riveraines, devront être exécutés avant d'obtenir le feu vert.

De plus, puisque les deux projets se réaliseront sur plusieurs années, il juge finalement que le ministère de l’Environnement devrait exiger un suivi environnemental rigoureux pour chaque tranche supplémentaire de 400 unités animales sous gestion sur fumier liquide.

Plusieurs recommandations phares du BAPE

1. Des bandes riveraines pour les fossés agricoles

Le BAPE recommande au ministère de l’Agriculture d’encourager l’aménagement de bandes riveraines aux fossés agricoles.

2. Pour un système d’acquisition des connaissances pour les bandes riveraines

Le BAPE note certaines lacunes quant aux connaissances sur la qualité des bandes riveraines au Québec, puisqu’il n’existe pas de banque de données centralisée. L’organisme recommande au ministère de l’Environnement de mettre en place un système d’acquisition des connaissances public.

3. Une étude sur la rentabilité des fermes et la taille des troupeaux

Le BAPE recommande au ministère de l’Agriculture d’étudier le lien entre la rentabilité des fermes et la taille de leurs troupeaux. L’organisme juge qu’il manque certaines informations pour porter un jugement éclairé dans le contexte québécois.

Le BAPE reconnaît les enjeux de la relève agricole

Plusieurs citoyens s’étaient opposés aux projets d’agrandissement de ces deux fermes, craignant les effets de ces agrandissements sur le prix des terres pour la relève agricole. Ils estiment que cela freine le développement d'une agriculture diversifiée et de proximité.

Le BAPE reconnaît ce problème. L’agrandissement des fermes laitières et l’acquisition conséquente des terres agricoles constituent des facteurs limitant la diversification des entreprises et des initiatives dans le domaine agricole, est-il mentionné dans le rapport.

L’augmentation de la valeur des terres agricoles est porteuse d’iniquités sociales, puisque leur acquisition ne serait vraisemblablement qu’à la portée d’une classe sociale/agricole ayant de robustes moyens financiers.

Une citation de :Joseph Zayad, président de la commission d’enquête du BAPE

La commission d’enquête recommande d’ailleurs au gouvernement de faire davantage de place à une agriculture multifonctionnelle et plurielle. Elle note également que les programmes de soutien à la relève agricole ne semblent pas répondre adéquatement aux besoins d’une relève, qui souhaite pratique une agriculture à petite échelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !