•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première dose de vaccin pour tous les Britanno-Colombiens d'ici juillet

La vaccination par tranches d'âge débute le 15 mars.

Une main tient une fiole et une seringue.

La province promet de vacciner l'ensemble de sa population admissible d'ici la fin du mois de septembre.

Photo : Reuters / CARLOS OSORIO

En choisissant d’étendre à quatre mois la période entre la première et la seconde dose, la Colombie-Britannique espère fournir une première dose de vaccin contre la COVID-19 à l’ensemble de sa population admissible d’ici juillet.

Se basant sur des preuves démontrant qu’une seule dose de vaccin offre une protection solide, la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, fait passer la période entre les inoculations de 42 à 112 jours. 

Ce faisant, la province estime être en mesure de vacciner plus de 70 000 personnes supplémentaires au mois de mars uniquement, notamment dans les communautés autochtones.

C’est une nouvelle extraordinaire, dit la Dre Henry, en précisant que les données de la Colombie-Britannique sont semblables à celles du Québec, du Royaume-Uni et d'Israël. « Ces vaccins fonctionnent et offrent une très grande protection. »

Les directives fédérales indiquent que les doses des vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna devraient être espacées de 28 jours. Ces recommandations proviennent directement des fabricants, sur la base de leurs essais cliniques.

Tableau indiquant que la vaccination des personnes âgées de 80 ans et plus commence le 15 mars.

La vaccination des personnes âgées de 80 ans et plus commence le 15 mars en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

Vaccination de masse à compter de la mi-mars

Le plan de vaccination de la Colombie-Britannique prévoit l’inoculation d'environ 15 % de la population d’ici le début du mois d’avril, soit 400 000 personnes de plus sur les 4,3 millions d'adultes admissibles que le gouvernement promet de vacciner d’ici septembre.

À ce jour, 252 000 personnes ont déjà reçu le vaccin contre la COVID-19. Environ 70 % des personnes vaccinées contre la COVID-19 attendent une seconde dose.

Au 1er mars, la province entre ainsi dans ce qu’elle décrit comme la phase 2 de son plan d'immunisation.

Personnes visées à compter du 1er mars :

  • Les aînés et les personnes à risque élevé qui vivent dans des résidences autonomes pour personnes âgées 
  • Les patients et le personnel de soutien à domicile 

Personnes visées à compter du 15 mars :

  • Les Autochtones âgés de 65 ans et plus 
  • Les personnes âgées de 80 ans et plus

Rendez-vous par téléphone

Les personnes admissibles pourront prendre rendez-vous par téléphone à compter du 8 mars. Les détails apparaîtront sur le site gov.bc.ca/bcseniorsfirst (Nouvelle fenêtre).

La régie de la santé Vancouver Coastal a déjà publié le numéro de téléphone que devront composer les groupes admissibles, soit le 1- 877 587-5767. Le centre d'appel sera ouvert de 7 h à 19 h, tous les jours.

Il sera possible de prendre rendez-vous pour un proche.

Pour tenter de freiner toute tentative de fraude, les autorités sanitaires mettent l’accent sur le fait qu’elles ne demanderont jamais des informations personnelles comme le numéro d’assurance sociale, de permis de conduire ou des détails bancaires.

À partir du moment où une personne est considérée comme admissible, elle peut en tout temps s’inscrire pour se faire vacciner, même si elle manque sa fenêtre de vaccination.

Des cliniques de vaccination seront établies dans 172 communautés à travers la province.

Le premier ministre John Horgan, en compagnie du ministre de la Santé, Adrian Dix, et de la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry.

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, en compagnie du ministre de la Santé, Adrian Dix, et de la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Le vaccin d’AstraZeneca-Oxford en route

En plus de ces vaccins approuvés par Santé Canada, s'ajoute celui d'AstraZeneca-Oxford, une nouvelle qui réjouit la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry. L’efficacité de ce vaccin est estimée à 62,1 %.

La province s’attend à recevoir environ 60 000 doses dès sa première expédition dans la semaine du 9 mars.

Les autorités sanitaires annonceront les détails de son déploiement dans les prochains jours.

Un liquide sort de la seringue tenue par un infirmier.

Au cours de la première phase, les résidents et les travailleurs de centre de soins de longue durée ont reçu au moins une dose de vaccin, annoncent les autorités sanitaires.

Photo : Reuters / Amir Cohen

Une vaccination à rebours critiquée

À compter du mois d’avril, les vaccins seront administrés aux personnes âgées de 75 ans et plus, puis seront offerts à rebours à des tranches d’âge inférieur jusqu’à l’inoculation de tous les habitants âgés de 18 ans et plus qui le souhaitent.

C’est ce qu’on nomme la phase 3.

Cette stratégie n'est pas à l'abri des critiques : d’après une modélisation de l'Université Simon Fraser, les travailleurs qui ont des contacts avec le public devraient être priorisés.

Les dentistes de la Colombie-Britannique demandent par ailleurs au gouvernement de leur permettre de recevoir le vaccin avant la population générale.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !