•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des plantes pour détecter la pollution et sonner l'alarme

Les cheminées d'une centrale électrique au charbon.

Des plantes pourraient un jour permettre de détecter la pollution qui s'échappe des usines.

Photo : Radio-Canada / Peter Andrews / Reuters

La Presse canadienne

Des plantes qui poussent près des centrales énergétiques, des usines ou des dépotoirs pourraient un jour être en mesure de détecter la pollution qui s'en échappe et sonner l'alarme, par exemple, en envoyant un courriel aux humains.

Cela n'a rien d'un scénario de science-fiction. Dans une étude publiée en 2017, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) décrivent une technologie qui permet à des plants d'épinards de détecter des composants explosifs.

Des nanotubulures injectées dans les feuilles dégagent des radiations infrarouges en réagissant aux molécules explosives absorbées par les racines. Ce rayonnement est ensuite détecté par des caméras spécialisées, et un courriel d'alerte est transmis aux humains.

Ils ont créé une structure qui n'est pas organique, qui est plus une structure chimique, avec une petite portion biologique, qui est un fragment de protéines qui peut détecter ce genre de molécules là, explique le professeur Christian Baron, du Département de biochimie et médecine moléculaire de l'Université de Montréal.

Cette molécule biologique peut émettre un signal qui peut être détecté par une caméra, ou par un genre de téléphone, qui va ensuite envoyer un courriel.

Une citation de :Christian Baron

La technique n'est toutefois pas encore entièrement au point, prévient M. Baron, qui estime plutôt qu'il s'agit d'une preuve de concept.

Dans un premier temps, lors des tests, le signal envoyé par les épinards s'est estompé après environ une heure : On est donc encore loin d'une surveillance prolongée en temps réel.

De plus, les chercheurs ont utilisé une solution très concentrée qui n'a rien à avoir avec ce qu'on trouve dans la nature.

C'est comme une tarte au sucre à la cabane à sucre, compare Christian Baron.

C'est très riche et ce n'est pas naturel. C'est artificiel d'avoir autant de sucre dans une tarte.

Une citation de :Christian Baron

Surveillance de la pollution

Pour avoir une approche plus pratique, poursuit M. Baron, il faudrait probablement créer des plantes modifiées génétiquement qui exprimeraient des molécules pouvant agir comme capteurs pour certains composés, et ça, c'est quelque chose qui est faisable, dit-il.

Simon Joly, qui est professeur associé au Département de sciences biologiques de l'Université de Montréal et botaniste chercheur au Jardin botanique de Montréal, croit lui aussi que les plantes pourraient un jour détecter la pollution.

Les plantes qui poussent dans des milieux contaminés, rappelle-t-il, vont la plupart du temps accumuler les contaminants, que ce soit des éléments inorganiques, comme des métaux, ou même des contaminants organiques, comme des résidus de pétrole.

Ces contaminants peuvent parfois s'accumuler dans les tubes aériens.

Les plantes sont capables d'accumuler des éléments traces, comme du cuivre et du cadmium, dans leurs feuilles, dit-il. Si on sait que ces éléments-là sont transportés dans les feuilles, ça serait logique de penser qu'on puisse développer des particules qui vont réagir à la présence de contaminants, et donc être capables d'émettre des rayonnements infrarouges qui permettraient de détecter rapidement la présence de contaminants.

On pourrait toujours récolter les plantes qui poussent dans un milieu contaminé, broyer leurs feuilles et analyser le tout en laboratoire, mais ce serait nettement plus long. Lors de l'expérience réalisée par les chercheurs de MIT, les plantes ont commencé à sonner l'alarme après seulement quelques minutes.

Le potentiel est certainement là, indique Simon Joly.

Christian Baron compare cette approche à celle utilisée par la firme pharmaceutique québécoise Medicago, qui utilise des plants de tabac comme bioréacteurs pour produire des structures non infectieuses de virus.

C'est faisable. C'est seulement une question de temps, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !