•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Chaque bague a une histoire à raconter » : le parcours artistique de Sébastien Landry

Sébastien Landry est assis et mesure des morceaux de fer dans son atelier.

Sébastien Landry travaille presque chaque soir dans son atelier, une passion qui ne cesse de grandir pour le jeune homme de Saint-François.

Photo : Gracieuseté de Bare Hands Jewelry Company

Sébastien Landry n'était qu'au secondaire lorsqu'il s'est découvert une passion pour la création de bijoux.

Le jeune homme de Saint-François, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick, se souvient d'heures passées à travailler à différents projets avec les outils appartenant à son père.

Son adolescence est marquée par les souvenirs d'une passion dont il n'a jamais été capable de se séparer.

Une bague avec l'intérieur en métal et l'extérieur en bois.

Sébastien Landry dit ne pas avoir créé deux bagues pareilles en huit ans, chaque projet étant unique.

Photo : Gracieuseté de Bare Hands Jewelry Company

Mon père était un homme à tout faire. Je me souviens de commencer à emprunter ses outils pour essayer des petits projets, dit-il. Dans ce temps-là, à l'école, j'avais pas mal de temps aussi pour faire ça.

Il raconte qu'il ne lui fallait qu'un vingt-cinq sous pour être en mesure de créer une bague faite sur mesure. Un talent qu'il a appris en visionnant des vidéos sur Internet.

Internet m'a beaucoup aidé. C'est une ressource primaire pour apprendre et développer de nouvelles techniques, essayer de nouvelles choses, dit M. Landry.

L'intérieur rayé d'une bague vu de près.

Les bagues sont conçues avec des matériaux tels que différents métaux, du bois et des pierres.

Photo : Gracieuseté de Bare Hands Jewelry Company

Huit ans plus tard, l'artisan a une petite entreprise à son nom, Bare Hands Jewelry Company, où il dit avoir eu des projets uniques et parfois complexes à créer pour certains clients.

Chaque client arrive avec une idée unique en tête, soit certains matériaux qu'ils veulent incorporer dans la bague, certaines couleurs. Des fois je dois vraiment me mettre-là et penser à comment je peux me rendre au produit final espéré, dit-il.

Il se souvient qu'un certain client avait déjà demandé d'intégrer, par exemple, une broche chirurgicale qu'il avait reçue de son médecin après une blessure : un morceau que le client voulait continuer de porter sur lui au quotidien.

Une bague en or dans la paume de la main d'un homme.

Certaines bagues ont été plus complexes que d'autres à créer, explique le jeune homme.

Photo : Gracieuseté de Bare Hands Jewelry Company

On s'entend qu'une bague, ce n'est pas gros. Quand tu as beaucoup de critères à suivre, le projet devient pas mal plus complexe.

Une citation de :Sébastien Landry, créateur

Un long processus pour un petit bijou

Sébastien Landry avoue qu'il y a beaucoup d'essais et erreurs dans le processus de création d'un bijou, aussi petit soit-il.

Avant de commencer à travailler les matériaux dans son atelier, l'artisan doit commencer par mettre ses idées sur papier. Viennent ensuite le choix des matériaux et des techniques applicables, puis les (parfois nombreuses) tentatives de créer la perle rare.

Des croquis de bagues.

Avant toute chose, Sébastien Landry commence par transformer ses idées en croquis.

Photo :  Capture d’écran - Facebook / Bare Hands Jewelry Company

Le processus est vraiment différent d'une bague à l'autre je dirais […] et chaque fois, j'apprends quelque chose de nouveau, ajoute M. Landry.

Je suis loin d'être un expert là-dedans, mais je fais du mieux que je peux et je m'amuse beaucoup avec chaque projet.

En plus de créer des bagues, l'homme de Saint-François travaille aussi le cuir, une autre compétence qu'il a apprise grâce aux vidéos disponibles sur le web.

Il continue donc de se tenir occupé durant la pandémie, et ce, un bijou à la fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !