•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de la vaccination des 80 ans et plus dans certaines régions en Ontario

Une main gantée tient une seringue contenant un vaccin.

La campagne de vaccination contre la COVID-19 en Ontario a été lancée à la mi-décembre.

Photo : iStock

Radio-Canada

Plusieurs régions en Ontario ont commencé à vacciner les 80 ans et plus cette semaine. Le nombre de doses disponibles reste cependant un défi pour offrir des rendez-vous à toutes les personnes qui sont admissibles.

Dans la région de Windsor, les inscriptions avaient commencé jeudi dernier. Lundi matin, un flot ininterrompu de voitures déposait des aînés devant le centre WFCU, où les vaccinations ont lieu.

De l'enthousiasme était visible sur le visage de Joanne Hebert qui accompagnait sa sœur Barbara se faire vacciner.

Ce sera merveilleux pour elle, surtout parce que son mari, mon beau-frère, est dans un centre de soins de longue durée. Elle est aide-soignante, mais il est plus sûr pour elle de se faire vacciner avant de lui rendre visite. Elle n’a pas pu le voir depuis bien avant Noël, explique-t-elle.

Pour Madeleine Amyotte, résidente de Windsor qui recevait elle aussi sa dose de vaccin, il s’agit désormais de remporter le combat contre la COVID-19.

Ça fait longtemps qu'on attend, mais c'est enfin là et nous allons gagner cette guerre. Je me sens plus en sécurité avec le vaccin. C'était facile et simple. Toutes les informations étaient disponibles, souligne-t-elle

Deux personnes attendent près d'une tente à l'entrée d'un centre de vaccination.

La région de Windsor a commencé à vacciner les 80 ans et plus lundi.

Photo : Elvis Nouemsi Njiké

Rupture de la prise de rendez-vous

À peine lancées, certaines campagnes de vaccination sont déjà victimes de leur succès. C’est le cas dans la région de York. Tous les rendez-vous disponibles sur le site web de la Ville avaient déjà été réservés lundi en matinée.

Les prochains rendez-vous seront disponibles lorsque la capacité et l'approvisionnement en vaccins le permettront, note la santé publique de York sur Twitter, sans donner plus de détails.

Le médecin hygiéniste local, le Dr Karim Kurji, invitait pourtant lundi en entrevue à CBC les aînés qui auraient pu éprouver de la difficulté à s'inscrire en ligne à demander l'aide de proches ou d'amis.

Des doses qui se font toujours attendre

À Mississauga, le premier ministre Doug Ford, qui assistait à l'ouverture d'un centre de vaccination affilié au réseau hospitalier Trilium Health Paterner, a remercié les travailleurs de première ligne. Il a indiqué, interpellant le gouvernement fédéral, que la question de la disponibilité des vaccins se posait avec acuité.

Nous sommes sur la bonne voie. La même question demeure. Nous avons besoin de plus de vaccins. Au fur et à mesure que nous les recevons, ils vont dans des bras. Ils ne vont pas attendre dans des congélateurs, explique-t-il.

Un homme observe une infirmière préparer une dose du vaccin contre la COVID-19.

Le premier ministre Doug Ford dans un centre de vaccination de Toronto en janvier (archives).

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, s’est également dit impatient de recevoir davantage de vaccins dans la province. Tous nos bureaux de santé publique locaux sont prêts, a-t-il mentionné en conférence de presse lundi. L’enjeu principal à l’heure actuelle est le volume de vaccins [disponibles].

Avec plus de 700 000 doses administrées depuis le début de la campagne de vaccination et un peu plus de 17 400 au cours des dernières 24 heures, le Dr Williams assure que la province demeure malgré tout dans la bonne direction.

Nous aimerions que toute la population soit vaccinée d'ici l'été, si ce n'est plus tôt.

Une citation de :Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Alors que plusieurs régions ontariennes n’ont pas pu entamer l’immunisation des 80 ans et plus lundi, le Dr Williams s’attend à davantage de variations entre les différents bureaux de santé publique locaux.

Les demandes et les besoins varient d’une région à l’autre, a-t-il indiqué. S’il faut attendre que tous terminent un palier [avant de passer au prochain sur la liste], il y aura des vaccins en attente dans les réfrigérateurs.

C’est pourquoi le Dr Williams dit s’en remettre aux médecins hygiénistes régionaux afin de déterminer les besoins spécifiques, tout en s'assurant que leurs résidents soient vaccinés le plus rapidement possible en fonction du plan de priorisation provincial.

Ailleurs dans la province

À Hamilton, la vaccination a également commencé lundi à l'Hôpital St-Joseph, mais pour les 85 ans et plus seulement. Des cliniques mobiles doivent aussi être organisées à cinq autres endroits à partir de mercredi. L'immunisation des 80 à 84 ans doit débuter au cours des prochaines semaines, précise la santé publique.

À Ottawa, la prise de rendez-vous s'est ouverte lundi pour les 80 ans et plus et la vaccination doit débuter vendredi.

Les bureaux de santé de Middlesex-London, du Sud-Ouest et de Huron-Perth ont quant à eux annoncé qu'ils élargissaient la vaccination à d'autres groupes de personnels soignants ainsi qu'aux aînés autochtones de 55 ans et plus.

Pour sa part, Toronto prévoit vacciner en priorité les personnes sans-abri dès cette semaine. Le maire John Tory assure que la métropole est prête à recevoir les doses de vaccins afin de mettre en branle ce qu'il considère être le plus grand effort de vaccination de l'histoire de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !