•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comité Riel appuie une motion pour annuler la vente du 219, Provencher

La prochaine étape aura lieu au Comité permanent sur la propriété, le patrimoine et le développement de Winnipeg, qui se rencontre le lundi 15 mars.

Une pancarte indiquant "219 à nous" est accrochée à une barrière devant l'ancienne mairie de Saint-Boniface.

Des habitants du quartier ont installé une pancarte pour montrer leur opposition à la vente de l'ancienne mairie de Saint-Boniface.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Radio-Canada

Deux des trois élus membres du comité communautaire Riel ont approuvé, lundi, la motion du conseiller de Saint-Boniface, Mathieu Allard, qui veut, entre autres, annuler la vente du 219, boulevard Provencher à l’organisme Manitoba Possible.

Mathieu Allard et le conseiller de Saint-Norbert-Rivière-Seine, Markus Chambers, ont voté pour la motion.

Le conseiller de Saint-Vital, Brian Mayes, a voté contre en raison, dit-il, de considérations juridiques. Je ne connais juste pas les ramifications juridiques, a-t-il dit lors de la séance du comité, tout en rappelant l'importance d'écouter la communauté francophone.

De son côté, Markus Chambers a souligné l'importance de permettre aux résidents du 219, boulevard Provencher de rester dans le bâtiment.

Trois organismes francophones louent des locaux dans l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface, soit Entreprises Riel, la Maison des artistes visuels francophones et le World Trade Centre Winnipeg.

De retour devant le comité des biens et de l'aménagement

La motion du comité Riel sera présentée au comité d'orientation permanent des biens et de l'aménagement, du patrimoine et du développement du centre-ville le lundi 15 mars, selon l'horaire de la Ville de Winnipeg.

Le 12 février, ce comité a approuvé la vente des bâtiments patrimoniaux à Manitoba Possible après plusieurs heures de débat et une discussion à huis clos.

La décision a été très mal reçue par la communauté francophone, qui a par la suite voulu se mobiliser, entre autres pour assurer l'intégrité du Jardin de sculptures.

De son côté, Mathieu Allard a rappelé au Téléjournal Manitoba, dimanche, que la motion qu'il a déposée au comité Riel est celle qu'il avait proposée au comité de propriété et de développement dans lequel, rappelle-t-il, il ne siège pas.

Ne vendre que l'ancienne caserne de pompiers

La motion adoptée par le comité Riel veut faire annuler la vente du 219, boulevard Provencher, pour que seule l’ancienne caserne de pompiers de Saint-Boniface puisse être achetée par une tierce partie.

Ces deux bâtiments sont situés sur ce qu'on appelle le carré civique de l'ancienne ville de Saint-Boniface. On y trouve aussi l'ancien poste de police et tribunal, vendu à des intérêts privés il y a plusieurs années, ainsi que le bâtiment qui abrite les locaux du Festival du Voyageur.

La motion de Mathieu Allard demande aussi que la Ville retire l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface de la liste des terrains excédentaires, comme elle l'a fait pour le Jardin des sculptures la semaine dernière.

Mathieu Allard dit agir en collaboration avec la Société de la francophonie manitobaine (SFM) en ce qui concerne cette motion.

Depuis le début, nous avons marché ensemble avec la SFM sur ce dossier, dit-il. C’est une action supplémentaire.

Le comité Riel n’a aucun pouvoir décisionnaire, mais les comités permanents s’appuient souvent sur les décisions du comité Riel , souligne par ailleurs Mathieu Allard.

Ce comité est composé des élus du district Riel, Markus Chambers pour Saint-Norbert, Brian Mayes pour Saint-Vital et Mathieu Allard pour Saint-Boniface.

Il y aura sûrement des discussions sur la légalité d’une telle démarche, si ça n’expose pas la Ville à des dommages, ajoute le conseiller municipal. Tout est possible.

Avec les informations de Patrick Foucault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !