•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Racisme systémique : un terme « polarisant », dit le ministre Charette

Benoit Charette appelle les Québécois à se rejoindre sur « des bases solides » autour de la lutte au racisme.

Il est sur le plateau de Tout le monde en parle.

Benoit Charette a été nommé ministre responsable de la Lutte contre le racisme du gouvernement du Québec, en plus de conserver ses responsabilités de ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nouveau ministre responsable de la Lutte contre le racisme, Benoit Charette, nie l’existence du racisme systémique au Québec, à l'instar du premier ministre François Legault. En entrevue à l'émission Tout le monde en parle, il a affirmé que le terme était « très polarisant » et n’avait « pas de définition claire ».

Si le terme est polarisant comme il l’est et s’il permet à certains de dire que des moyens très légitimes de défendre notre langue sont une preuve de racisme, c’est là où on ne peut pas adhérer [au concept de racisme systémique].

Selon lui, certains ont avancé l’argument que la loi 101, qui vise la protection de la langue française, est discriminatoire envers les minorités anglophones et allophones.

Le terme racisme est connu et interprété de la même façon par tout le monde, donc rejoignons-nous sur des bases solides pour qu’on puisse faire une différence concrète dans la lutte au racisme et à la discrimination.

Une citation de :Benoit Charette, ministre responsable de la Lutte contre le racisme

J’ai l’appui d’un gouvernement entier pour réellement mettre fin à des pratiques qui malheureusement sont ancrées chez certains individus et qui heurtent la dignité des gens qui subissent ces gestes-là, a-t-il affirmé.

Benoit Charette a en outre assuré qu'il veillera à ce que les actions recommandées par le Groupe d'action contre le racisme soient mises en place. Il espère avoir entamé des démarches pour chacune des 25 mesures présentées dans le rapport du Groupe d'ici l'automne 2022.

La création d’un ministère voué à la lutte contre le racisme était l'une des 25 mesures du rapport présenté par le GACR à la mi-décembre. Ce dernier recommande aussi d’interdire les interpellations aléatoires et de créer une campagne nationale de sensibilisation contre le racisme, notamment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !