•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de manifestants contre l’interdiction d’abris en bois dans les parcs

Un carton à l'effigie du maire avec deux femmes

Les manifestants ont collé des « demandes d'injonction » sur un carton à l'effigie du maire de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Michael Charles Cole/CBC News

Radio-Canada

Des centaines de personnes ont manifesté, dimanche, pour protester contre la demande d’injonction soumise par la Ville de Toronto visant à interdire l’installation et le déplacement d’abris en bois dans les parcs propriétés de la Municipalité. 

Khaleel Seivwright, un charpentier qui construit de petites structures en bois pour les sans-abri de Toronto, est nommé dans la demande d’injonction. Elle a été déposée devant la Cour supérieure de l'Ontario le 12 février.

Les manifestants sont restés durant plusieurs heures devant l’appartement du maire de Toronto, John Tory.

La Ville considère que les structures en bois ne sont pas sécuritaires. M. Seivwright, lui, a déclaré avoir construit ces abris en tant que solution temporaire pour permettre aux sans-abri de se protéger de la COVID-19.

Les membres du Encampment Support Network (Réseau de soutien aux campements, traduction libre) ont organisé la manifestation.

Greg Cook, un travailleur de proximité des Sanctuary Ministries of Toronto et membre du comité directeur du Shelter and Housing Justice Network, a déclaré à CBC News que les abris fabriqués par M. Seivwright ont donné à certains sans-abri un endroit où se réchauffer et un sentiment de sécurité pendant l'hiver. 

La Ville, en réponse à cela, au lieu de travailler avec Khaleel ou de lui donner une récompense pour ses services aux gens, a décidé de demander une injonction et nous pensons que c'est tout simplement répréhensible et vraiment pas OK, a déclaré M. Cook. 

De nombreux refuges pour sans-abri sont pleins à capacité en raison des règles de distanciation physique présentement en vigueur. La Ville a d’ailleurs loué un hôtel au centre-ville pour y héberger davantage de sans-abri.

Les abris de M. Seivwright sont isolés et possèdent une petite fenêtre et une petite porte qui peut être verrouillée et qui protège les sans-abri contre le froid, explique M. Cook.

Le logement est un droit de l'homme et je voudrais montrer mon soutien à cet égard. Et je pense que nous devons parfois tenir tête aux personnes au pouvoir, a expliqué Ryan Smyth, un manifestant. 

M. Tory, pour sa part, a déclaré dans un courriel adressé à CBC News dimanche que la Ville travaille dur pour aider les sans-abri de Toronto. Nous prenons des mesures immédiates et sans précédent pour aider nos résidents sans abri et leur garantir l'accès à un abri intérieur sûr. C'est une priorité pour moi et pour chaque membre du conseil municipal, a déclaré M. Tory.

Quant aux abris de bois, M. Tory a déclaré : Je veux assurer aux gens que les structures en bois illégales ne sont enlevées que si elles sont abandonnées ou si la personne qui y vit accepte les services [offerts par la Ville] et entre à l'intérieur.

Malgré cela, nos responsables du service des incendies de Toronto ont clairement indiqué que ces structures ne sont pas sûres, a précisé le maire.

Un porte-parole de la Ville de Toronto a ajouté, dans un communiqué émis dimanche, que les campements dans les parcs de la Ville sont illégaux et dangereux. La Ville continue d'aider les sans-abri à trouver des espaces intérieurs sûrs, mais elle a également pris des mesures pour lutter contre les structures en bois illégales et le risque qu'elles représentent pour la sécurité publique. La Ville a le devoir de maintenir les espaces publics, y compris les parcs, sûrs et ouverts pour tous les résidents.

10 des refuges de la Ville sont en situation d’éclosion de COVID-19, pour un total de 152 cas. Un refuge pour hommes du centre-ville, le Maxwell Meighen Centre, financé par la Ville mais géré par l’Armée du Salut, compte 41 cas et est actuellement fermé en raison de l'éclosion qui s'y est produite.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !