•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des pompiers de Gatineau critique à nouveau le système de rappel

Plusieurs pompiers tentent d'éteindre un incendie ravageant un immeuble.

Au plus fort de l'intervention des pompiers de Gatineau, samedi, pour maîtriser un feu sur la rue Saint-Louis, ils étaient une quarantaine sur place (archives).

Photo : S.B.

Radio-Canada

Au lendemain d’un incendie mortel survenu à Gatineau, le syndicat des pompiers de la Ville a critiqué, dimanche, le système utilisé pour rappeler des employés en congé.

Si on avait eu une autre intervention [en même temps] , on aurait été dans le trouble parce qu’il restait trois unités pour couvrir toute la ville a affirmé en entrevue le président de l’Association des pompiers et pompières de Gatineau (APPG), Stéphane Noël.

Ce dernier a souligné que l’APPG juge inefficace le système de rappel lancé en novembre dernier. Le directeur du Service de sécurité incendie, Denis Doucet, n’est pas du tout du même avis.

En l’espace de quelques minutes, on peut envoyer un rappel d’urgence à tous les employés pompiers du Service, a-t-il dit au sujet du système.

Denis Doucet

Denis Doucet, directeur du Service de sécurité incendie (archives)

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Un tel appel à tous n’a toutefois pas été envoyé, samedi, quand un imposant brasier a ravagé un immeuble à logements de la rue Saint-Louis, à Gatineau. Au plus fort de l’intervention des pompiers qui a duré sept heures, environ 40 employés du Service de sécurité incendie étaient sur les lieux.

Je n’avais pas besoin de 250 pompiers. J’en avais besoin de huit pour [ assurer une rotation des effectifs ]. Pour cela, on a donc fonctionné avec un rappel manuel pour cibler les camions également, a expliqué M. Doucet.

Aux yeux de M. Noël, cette façon de faire prend trop de temps. « Après presque trois heures, [ l’officier qui faisait les appels ] avait réussi à trouver deux personnes », a-t-il indiqué en précisant que la personne en question devait aussi, simultanément, répondre aux besoins d’assistance du public.

Rappelons que l’APPG et la partie patronale s’affrontent devant la Cour supérieure au sujet du recours de la Ville de Gatineau à des pompiers d’Ottawa. Le syndicat a présenté, la semaine dernière, une demande d’injonction pour empêcher cette pratique.

Avec les information de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !