•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

28 jours de remerciements pour surmonter la pandémie

Cégep de Sainte-Foy

De nombreuses personnalités publiques ont reçu une lettre de remerciement de la part de Dominique Saint-Pierre.

Photo : Cégep de Sainte-Foy

Confinée devant un écran pour enseigner la psychologie, une professeure de cégep a misé sur la gratitude pour passer à travers la pandémie. Le mois dernier, elle a envoyé des lettres de remerciement à des proches et des personnalités publiques chaque jour, une façon de transmettre ses connaissances aux étudiants.

Dominique Saint-Pierre enseigne la psychologie à de futurs professionnels de la santé au Cégep de Sainte-Foy. Depuis le printemps dernier, la crise sanitaire a bouleversé son quotidien. Mais toujours à la recherche de nouveaux projets pour ses étudiants, un simple travail s'est transformé en véritable défi thérapeutique.

J’avais envie d’offrir à mes étudiants cette session-ci un travail nouveau, quelque chose de positif, quelque chose qui allait faire du bien, souligne-t-elle.

Après une conférence d'Émilie Perreault dans laquelle elle rappelle l'importance de remercier les artistes, l'enseignante s'est donné le défi de remercier des personnes qui avaient, d'une façon ou d'une autre, contribué à ses cours.

Dominique Saint-Pierre regarde la caméra.

Dominique Saint-Pierre est enseignante en psychologie au Cégep de Sainte-Foy.

Photo : Dominique Saint-Pierre

C’est rare qu’on va oser remercier les artistes pour ce qu’ils ont fait, leur contribution, donc j’y suis allée dans cet ordre-là, je pense qu’on ne remercie jamais assez les gens.

Une citation de :Dominique Saint-Pierre, enseignante au Cégep Sainte-Foy

Au fil des jours, elle a également écrit, entre autres, au premier ministre François Legault, au maire de Québec Régis Labeaume, à Fred Pellerin, à Émilie Perreault, à Yvon Deschamps, à Dany Turcotte et à David Goudreault.

Le retour

Au début du mois de février, elle a envoyé un courriel à Fred Pellerin. Il lui a répondu en lui envoyant une carte postale. Ça m’a donné des ailes pour continuer, admet-elle.

Une carte postale.

Fred Pellerin a envoyé une carte postale à Dominique Saint-Pierre à la suite de sa lettre de remerciement.

Photo : Dominique Saint-Pierre

Si certains ne répondent pas à ses messages — ce qu'elle n'attend pas —, plusieurs l'ont surprise en envoyant une lettre en retour ou en proposant une vidéo ou une collaboration.

C’est juste du beau et je ne demandais pas de réponses, moi. Il y en a qui ne répondent pas, mais je sais qu’ils m’ont lue, souligne-t-elle.

Le romancier et travailleur social David Goudreault a envoyé un enregistrement aux étudiants. J'admire les ados, les jeunes adultes et tous ceux qui font un retour aux études, toutes celles qui se vissent le cul sur un banc d'école pour se bâtir un avenir. Particulièrement en temps de pandémie, écrit-il.

Merci Dominique pour les bons mots et merci pour l’engagement. C’est agréable de savoir qu’on peut faire sourire sans faire quoi que ce soit.

Une citation de :Yvon Deschamps

Après l'annonce de la démission de Dany Turcotte, fou du roi de Tout le monde en parle, Dominique Saint-Pierre lui a envoyé des photos souvenirs de différents moments de sa carrière. Très fier d’avoir contribué à vos enseignements! Une observation sur les photos? Seigneur que j’ai porté des chemises laides dans cette émission, lui a-t-il répondu.

Faire une différence

En parallèle à son défi, Dominique Saint-Pierre a préparé de nouveaux exercices pour ses étudiants.

Elle a commencé à leur demander de revisiter des souvenirs agréables et moins agréables, un texte écrit en mode écriture automatique.

J’enseigne à des étudiants dans le domaine de la santé, c’est évident qu’ils vont avoir à traverser des vagues d’émotions intenses, explique-t-elle.

Emie Roy, qui en est à sa première session de cégep depuis un arrêt, s'est rapidement replongée dans un souvenir agréable en écrivant.

Je revivais l’état de bien être qui m’habitait quand jetais au camping, ça faisait juste me détendre quand je faisais mon devoir, je n’avais pas envie d’arrêter d’écrire mon souvenir, affirme-t-elle.

Dorénavant, dès qu'elle vit un moment stressant, elle pense à ce moment. Pour la portion désagréable, la tâche était plus ardue, mais s'est avérée bénéfique. Je me promène avec un poids en moins depuis ce devoir-là.

J’ai des cadeaux, j’ai des surprises, j’ai des étudiants qui me racontent des histoires de leurs proches, je lis des travaux, ça me fait du bien. Je suis une prof, mais je ne corrige pas présentement, je suis une prof qui lit des perles.

Une citation de :Dominique Saint-Pierre, enseignante en psychologie

Maylina Meygnant Savard, étudiante en soins infirmiers, a réussi à normaliser certaines émotions en revisitant ses souvenirs moins agréables. Ça aide à guérir la petite blessure qu’il y avait pas rapport à ça [...] ça m’a fait réaliser que c’était important d’écouter nos émotions, quelles soient bonnes ou pas.

David Leblond, étudiant en radio-oncologie, s'est plongé dans un mauvais souvenir récent : il venait tout juste de perdre son grand-père. Il a réalisé qu'il fallait profiter encore plus de la vie, de ce qu’on a, parce qu’on ne sait jamais quand ça peut se terminer.

Le défi de Dominique Saint-Pierre a aussi changé son approche de la vie : il compte remercier davantage ses proches. Je pense vraiment plus me concentrer sur remercier les bons coups des gens qui me font du bien dans la vie ou les gens qui sont là pour moi.

Ce n'était pas un devoir, c’est comme un cadeau qu’elle nous a donné, ajoute Emie Roy.

Touchée, Dominique Saint-Pierre compte remercier ses étudiants en retour. Je veux leur envoyer une lettre de remerciement pour tout ce qu’ils m’ont donné dans leurs travaux, et je veux également leur suggérer d'en faire plus quand ils sont reconnaissants, qu’ils le manifestent, ça aide à aller mieux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !