•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après l’éolien, l’Alliance de l’Est vise l'énergie solaire

Des panneaux solaires sont installés de biais. Il y a de la neige dessus et autour.

L'énergie solaire fait partie des options qui pourraient être intéressantes pour la transition énergétique des Îles-de-la-Madeleine (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après l’éolien, l'Alliance formée des régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine veut devenir productrice d’énergie solaire afin de varier la source d'approvisionnement en électricité des citoyens.

Les éoliennes n’ont plus de secret pour le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Ces régions ont mis sur pied l’Alliance de l’Est qui a pour but de développer des projets de parcs éoliens et de profiter des lucratifs contrats d’Hydro-Québec.

Copropriétaire des parcs Nicolas-Riou et Roncevaux, l’Alliance de l’Est fait profiter toutes les MRC du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie de retombées économiques intéressantes.

Une éolienne de Nicolas-Riou

Les éoliennes du parc éolien Nicolas-Riou (archives)

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Le prochain projet, qui serait situé dans l’ouest du Bas-Saint-Laurent, représente un investissement de 2,4 milliards de dollars, en collaboration avec l'entreprise privée.

Or, Hydro-Québec rechercherait plus que des éoliennes : elle voudrait également de l’énergie solaire.

Éoliennes en hiver.

Le parc éolien de Cap-Chat

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Forte de ses premiers succès, l'Alliance de l'Est veut sauter dans ce train énergétique et profiter des millions de dollars en retombées économiques annuelles, affirme le maire de Sainte-Anne-des-Monts et président de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Simon Deschênes.

On a une vision du développement énergétique du Québec, ce qui fait en sorte qu’on veut vraiment être un acteur incontournable de l’industrie.

Une citation de :Simon Deschênes, maire de Sainte-Anne-des-Monts et président de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, devant le parc éolien de Cap-Chat.

Le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, voit grand pour l'avenir de l'Alliance de l'Est (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Mais Québec doit d'abord donner son accord.

Nous avons seulement la compétence dédiée par le ministère des Affaires municipales pour faire du business dans l’éolien, mentionne M. Deschênes qui ajoute que l'Alliance aimerait obtenir la compétence également pour le solaire et le stockage d'énergie.

La Régie intermunicipale surveille de près les orientations du gouvernement. On sera fin prêts pour monter des projets en partenariat avec des entreprises privées dans le solaire pour élargir notre portefeuille énergétique, prévoit-il.

La transition énergétique des Îles dans la mire

La transition énergétique des Îles-de-la-Madeleine intéresse l’Alliance de l'Est. Un premier projet mélangeant le solaire et l'éolien est dans sa mire.

Hydro-Québec doit remplacer sa centrale thermique qui fournit l’électricité aux Madelinots.

Centrale thermique en hiver.

La centrale thermique à moteur diesel des Îles-de-la-Madeleine (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le maire de la Communauté des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, se dit ouvert à diverses possibilités.

Il y a un rendez-vous avec l’histoire actuellement pour le gouvernement du Québec et pour la société d’État Hydro-Québec pour se positionner en termes d’énergies renouvelables, constate-t-il.

L’opportunité, elle est là du côté des Îles avec le remplacement de la centrale, donc il faut saisir cette balle au bond.

Les MRC du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et les Îles veulent participer à ce projet d’envergure en fournissant leur propre énergie verte.

Elles songent même à devenir un modèle pour d'autres communautés isolées.

[On voudrait élaborer] peut-être un modèle de transition énergétique, une mixité d’énergie qui ferait en sorte que ça pourrait être un modèle reconnu à l’échelle mondiale.

Une citation de :Simon Deschênes

La société d’État prévoit de lancer son prochain appel d'offres pour la province d'ici 2022.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !