•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens pourront-ils choisir leur vaccin?

Le chercheur en immunologie et en virologie à l'Institut national de la recherche scientifique Alain Lamarre a répondu aux questions les plus fréquentes sur l'efficacité et les risques des différents vaccins.

Un membre du personnel médical extrait une dose du vaccin Moderna d'une fiole à l'aide d'une seringue.

La Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale à Santé Canada, assure que tous les vaccins approuvés par Santé Canada répondent aux exigences rigoureuses du ministère en matière d'innocuité, d'efficacité et de qualité.

Photo : afp via getty images / APU GOMES

Radio-Canada

C’est une course contre la montre qui s’est amorcée à Ottawa ces derniers mois. Le gouvernement fédéral tente d’obtenir un maximum de doses de vaccins afin d’immuniser autant de Canadiens possible... en un temps record.

Trois candidats ont obtenu le feu vert de Santé Canada, soit le vaccin de Pfizer, celui de Moderna et celui mis au point par AstraZeneca et l'Université d'Oxford, en plus de la version fabriquée en Inde par l’Institut Serum. Les vaccins de Johnson & Johnson et Novavax sont pour leur part en cours d’évaluation.

Lors de l’approbation du vaccin conçu par AstraZeneca, vendredi, la Dre Supriya Sharma, conseillère médicale principale à Santé Canada, a assuré que tous les vaccins approuvés correspondaient aux exigences rigoureuses du ministère en matière d'innocuité, d'efficacité et de qualité.

Malgré tout, des citoyens sont tentés d’étudier les différences entre les divers candidats pour déterminer lequel ils obtiendront. Les Canadiens ont-ils un choix à faire? Discussion sur l’efficacité des vaccins avec Alain Lamarre, chercheur en immunologie et en virologie à l'Institut national de la recherche scientifique.

Les Canadiens pourront-ils choisir leur vaccin?

Est-ce possible de choisir son vaccin?

En ce moment, dans un contexte de pénurie de vaccins et de campagne de vaccination massive, ce n'est pas possible. Quand on prend son rendez-vous, on ne peut pas décider quel vaccin on va obtenir. Ces choix-là appartiennent à la santé publique; c’est elle qui va décider quels vaccins sont utilisés pour quelle population (en fonction de l'âge des personnes à vacciner et de la région où elles habitent).

Est-ce qu’un vaccin avec un taux d’efficacité plus faible protège aussi bien?

Les vaccins de Moderna, de Pfizer et même le nouveau d'AstraZeneca, qui a une plus faible protection de l'infection symptomatique, offrent une protection presque totale contre les formes graves de l'infection et contre les hospitalisations.

Les taux d'efficacité ont été déterminés lors d'études cliniques de phase 3 sur des milliers de patients. Mais il faut rappeler que les études ne sont pas toutes conduites de la même façon, et ce n'est pas non plus tous les groupes qui sont les mêmes dans ces études cliniques. Donc, il ne faut pas prendre au pied de la lettre les pourcentages d'efficacité. Il peut aussi y avoir des différences au niveau de la prévention de l'infection symptomatique. Mais aussi, il peut y avoir des différences au niveau de la prévention des maladies graves.

Est-ce que certains vaccins sont plus appropriés pour des tranches d’âge précises?

C'est une possibilité que certains vaccins soient plus efficaces pour les gens âgés, par exemple. Donc, ça va faire partie des analyses qui sont en cours. On va pouvoir utiliser ces données-là pour faire le choix de qui recevra quel vaccin. On doit aussi prendre en considération le transport et l'entreposage des vaccins, ce qui va jouer un rôle dans la distribution. Certains ne peuvent pas être déplacés facilement, comme celui de Pfizer, alors que ceux de Moderna et d'AstraZeneca pourront être déplacés plus facilement et donc être utilisés dans des régions plus éloignées.

Devrais-je attendre quelques mois avant de le recevoir pour voir s’il y a d’autres effets secondaires?

Si on est dans le groupe d'âge qui est visé par la vaccination de masse, il est préférable de se faire vacciner en premier, quitte à recevoir le vaccin qu'on ne voudrait pas avoir. L’avantage d’attendre avant de recevoir son vaccin disparaît complètement si on est trois ou quatre mois sans protection complète. Et on court le risque sérieux d'être infecté dans cette période là et d'avoir des conséquences néfastes de l'infection.

C'est une question qui est complexe, et les enjeux sont très importants. Donc c'est tout à fait normal de se poser des questions et de vouloir faire des choix qui sont les plus sensés pour soi. Par contre, je dirais que les trois vaccins qui sont approuvés par Santé Canada sont tous de bons vaccins. Il y a des petites différences, mais ce n'est pas une question qui devrait peser très lourd dans la balance quand on recevra son vaccin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !