•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination à domicile de certains aînés suscite l'intérêt dans l'Est-du-Québec

Une dame âgée porte bonnet, couvre-visage et manteau d'hiver.

Une personne âgée s'est déplacée pour recevoir son vaccin dans la région de Montréal (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La directrice générale de la Fédération de l’Âge d’or du Québec (FADOQ) pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, Renée Blouin, juge pertinente la proposition du Parti québécois de vacciner à domicile les aînés les plus vulnérables.

Mme Blouin juge cette demande légitime dans les cas où les distances sont longues à parcourir. Le territoire est très grand en Gaspésie et une personne pourrait devoir faire jusqu'à une heure de route pour avoir son vaccin, fait-elle remarquer.

Pour cette raison, elle craint que certains aînés renoncent au vaccin, même si des bénévoles les accompagnent.

La route 132 en hiver, en Haute-Gaspésie.

Il peut être hasardeux de se déplacer sur les routes en hiver en Gaspésie ou sur la Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada

Les centres d'action bénévole ont le mandat d'accompagner les aînés, rappelle-t-elle, mais la plupart des bénévoles sont eux-mêmes des personnes aînées. Est-ce qu’ils vont pouvoir répondre à la demande?

Le gouvernement devra déployer des moyens pour aller à domicile sinon il y a des aînés qui, selon moi, n'auront pas le vaccin.

Une citation de :Renée Blouin, directrice générale de la FADOQ en Gaspésie

Pour certaines personnes qui demeurent dans leur maison, se déplacer en plein hiver, avec les risques de chutes par exemple, ça peut devenir un enjeu majeur, ajoute Mme Blouin.

Elle mentionne également que les travailleuses de milieu de la FADOQ reçoivent de plus en plus d'appels de personnes qui trouvent difficile de s’inscrire pour prendre rendez-vous pour se faire vacciner, que ce soit sur internet ou par téléphone.

Des problèmes de transport sont aussi signalés.

Rappelons que la députée de Duplessis et porte-parole du Parti québécois pour les aînés, Lorraine Richard, ainsi que son collègue des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole en matière de Santé et de Services sociaux, Joël Arseneau, ont demandé dimanche au gouvernement Legault d'organiser la vaccination à domicile pour les plus vulnérables.

Aux yeux de Joël Arseneau, le gouvernement semble ignorer les enjeux de distance, considérant la vastitude du territoire du Québec. Il a omis de considérer que parfois, le simple fait de déplacer une personne met sa santé ou sa sécurité à risque, déplore-t-il.

Une infirmière vaccine une personne âgée.

La campagne de vaccination pour la COVID-19 débutera dans les prochains jours dans l'Est-du-Québec (archives).

Photo : iStock

On en connaît, ajoute-t-il, on a eu des échos selon lesquels la campagne ne pourrait pas atteindre sa pleine efficacité et rejoindre le plus grand nombre de personnes si des moyens comme ça n’étaient pas déployés. Donc on demande au gouvernement de réajuster le tir.

Selon Lorraine Richard, il est illusoire de penser que tous les aînés vivant à domicile sont en mesure de se déplacer pour recevoir le vaccin, même avec l'aide et l'accompagnement des organismes communautaires. En toute logique, ce serait plutôt au vaccin de se rendre jusqu'à eux, soutient-elle.

Une demande légitime aussi sur la Côte-Nord

Le président de la FADOQ sur la Côte-Nord, Renaud Dignard, estime également que cette demande est légitime.

Il peut rester des gens qui ont de la difficulté à se rendre [aux sites de vaccination], c'est sûr, admet-il.

Maintenant est-ce qu’ils peuvent le faire? Est-ce qu'ils peuvent trouver des gens pour le faire?, se demande M. Dignard quant à l'organisation d'une telle campagne à domicile.

Il rappelle toutefois que le Centre d’action bénévole est là pour le transport et pour accompagner les gens.

Du côté du gouvernement, l’option de la vaccination à domicile serait déjà envisagée au dires du ministre de la Santé Christian Dubé, qui en a fait mention en conférence de presse jeudi.

Il a été impossible jusqu'ici de joindre des répondants du ministère de la Santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !