•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kitesurfeurs et environnementalistes en désaccord à Squamish

Vue aérienne du Squamish Spit.

Le Squamish Spit, une levée de terre artificielle, est un endroit prisé par les kitesurfeurs du monde entier. Mais elle empêche le saumon quinnat de rejoindre son estuaire.

Photo : Squamish Windsports Society

Radio-Canada

L’accès à une pointe appréciée des amateurs de sports éoliens à Squamish, en Colombie-Britannique, est remis en question par un projet de restauration des populations de saumon, perturbées par la digue actuelle.

Selon la Société du bassin versant de la rivière Squamish (SRWS), tout indique la mise hors service en septembre d'environ 1 km de route qui mène au bout de la pointe, faisant une île de la parcelle de terre restante. Ces plans n’ont pas encore été finalisés.

La présidente de la Société des sports éoliens de Squamish, Nikki Layton, dit que le groupe a été surpris par les derniers développements. Les plans visaient initialement à améliorer l'habitat du saumon tout en maintenant l'accès routier à la pointe.

Le groupe se démène pour comprendre comment il pourra maintenir l'accès des utilisateurs au site une fois la route déconstruite.

Des kitesurfeurs.

Déclin du saumon

La pointe sépare partiellement l'estuaire de Squamish de la rivière Squamish. La SRWS affirme que l'impact de la pointe sur les stocks de saumon quinnat a été presque immédiatement remarqué lors de sa construction dans les années 1970.

Des rapports suggèrent que les populations de saumon dans la rivière atteignaient 15 000 poissons par an avant la construction. Elles sont tombées à 500 au milieu des années 1980 avant de remonter à 5000 par an en raison d’efforts de restauration.

En 2017, la SRWS s'est associée à Pêches et Océans Canada (MPO) et à la Nation Squamish pour déterminer comment améliorer la connectivité entre l'estuaire et la rivière.

Le chinook juvénile a besoin d'un certain temps dans l'estuaire avant de sortir dans l'océan pour survivre, explique Edith Tobe, directrice générale de la SRWS. La rivière agit comme une lance à incendie, les projetant dans la baie Howe.

Fondamentalement, cela les a coupés de leur trajectoire toutes ces années, dit-elle.

Déconstruction de la pointe

La SRWS a obtenu 1,6 million de dollars pour le projet de réhabilitation. Dans un accord de financement de décembre 2017 entre le MPO et la SRWS, il est suggéré que la pointe soit réalignée pour créer 300 hectares d'habitat pour les saumons et maintenir l'accès routier pour les amateurs de sports éoliens et de loisirs.

Mais Mme Tobe dit que la proposition originale n'aurait pas atteint les objectifs de restauration, selon les premiers modèles.

Désormais, le plan est de déconstruire 1 km de route, sans remplacement, à partir de septembre. Les plans sont soumis à l'approbation du district de Squamish et des régulateurs.

Mme Tobe soutient que la SRWS est prête à partager ses données avec les groupes de loisirs afin que les utilisateurs puissent trouver leur propre solution au problème d'accès.

La Société des sports éoliens fait campagne pour une route d'accès alternative qui relierait le centre-ville de Squamish au bout de la pointe. Mais pour l'instant, on ne sait pas d'où proviendrait le financement.

À aucun moment, nous ne disons que nous ne voulons pas qu'ils fassent ce qu'ils doivent faire, dit Mme Layton. Nous disons simplement de nous donner suffisamment de temps pour que nous puissions travailler ensemble pour construire un réalignement, plutôt qu'un simple retrait.

Avec les informations de Jon Hernandez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !