•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des PME de plus en plus endettées au Nouveau-Brunswick

Une affiche sur une porte vitrée. Il est écrit : « Fermé en phases orange et rouge ».

Plus de 11 % des propriétaires canadiens de PME craignent de ne pas pouvoir effectuer le moindre remboursement.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Une étude de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante révèle que 7 propriétaires de PME sur 10 ont dû s’endetter pour faire face à la pandémie de COVID-19 au Canada. La dette moyenne par entreprise est de 170 000 $.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal des Affaires législatives du Canada atlantique à la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI), déclare que 76 % des entreprises ont indiqué que cela prendrait plus d’un an pour rembourser leur dette.

Ils ne savent même pas s’ils seront capables de la repayer, ajoute-t-il. C’est, et ça va continuer d’être difficile pour les entreprises.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal des Affaires législatives du Canada Atlantique de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal des Affaires législatives du Canada Atlantique de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes.

Photo : Radio-Canada

Selon Louis-Philippe Gauthier, plusieurs entreprises devront fermer, et certains feront faillite.

Après plus de douze mois de pandémie, on va dire que c’est un constat qu’on fait.

Soutien aux entreprises

L'aide accordée par les gouvernements est souvent sous forme de prêts. La directrice de la chambre de commerce de la région d'Edmundston, Cathy Pelletier, estime qu'il faut trouver des moyens d'aider les petites et moyennes entreprises (PME) sans qu'elles aient besoin de rembourser.

Alors que plus de 11 % des propriétaires craignent de ne pas pouvoir effectuer le moindre remboursement, Louis-Philippe Gauthier affirme que depuis le début de la pandémie, la FCEI demande une forme de soutien aux entreprises qui ne les amène pas à s'endetter davantage.

Une chose est certaine, ça ne rendra pas la chose facile pour certaines entreprises qui ont accumulé toutes ces dettes une fois que le virus sera derrière nous, dit M. Gauthier.

Selon lui, à partir du moment où les livres ne balancent plus pour les entreprises, prendre de la dette additionnelle n’est pas possible. Dans les nouveaux programmes […] C’est uniquement de la dette. Il faut vraiment que le gouvernement reconsidère l’approche, ajoute-t-il.

L’exemple d’Edmundston

Cathy Pelletier, directrice générale de la Chambre de commerce de la région d'Edmundston.

Cathy Pelletier, directrice générale de la Chambre de commerce de la région d'Edmundston.

Photo : Radio-Canada

À Edmundston, Cathy Pelletier, croit pour sa part que les répercussions financières pourraient s’échelonner pour deux ou trois ans pour certains.

Les individus de cette région du nord-ouest du Nouveau-Brunswick ont été en phase rouge plus que quiconque dans la province.

Elle ajoute que ces confinements sont les grands responsables des pertes financières. Chaque entreprise a aussi dû s’adapter aux différentes restrictions sanitaires, ce qui a aussi coûté cher.

La COVID nous est toute tombée dessus de façon drastique, dit-elle. Les gens ont toujours espoir qu’on va revenir à un semblant de réalité, alors il y en a qui n’ont pas hésité, ils ont fait des emprunts […] Ils tiennent à leur commerce, c’est important pour eux.

Des affiches sur la porte d'un commerce demandent aux gens de porter un masque et de sonner avant d'entrer.

L'entrée d'un commerce à Edmundston, au Nouveau-Brunswick, le 18 février 2021.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Cathy Pelletier conclut en disant que le gouvernement provincial se devra d’intervenir pour aider les PME, s’il tient au développement économique de la région. Pas seulement pendant la pandémie, mais pendant les prochaines années.

L’exemption des taxes aux entreprises pourrait, selon cette dernière, être une piste de solution pour aider les commerçants.

Des stratégies d’achats locales pourraient aussi être mises en place.

D'après le reportage de Frédéric Cammarano

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !