•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de semaine de réouverture pour des salles de cinéma

Des clients dans un cinéma de Kapuskasing en Ontario, en temps de pandémie.

Louise Robichaud et son petit-fils sont allés voir un film au cinéma Royal de Kapuskasing, samedi.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Des cinémas ontariens ont ouvert leurs portes en fin de semaine après avoir été fermés pendant deux mois en raison du confinement provincial.

Plusieurs cinémas de la chaîne Cineplex, incluant les cinémas SiverCity à Sudbury ou le cinéma indépendant Royal Theatre à Kapuskasing, ont accueilli des cinéphiles pour la première fois depuis le mois de décembre.

Des mesures sanitaires demeurent en place pour éviter la propagation de la COVID-19. Ainsi, les établissements peuvent accueillir un maximum de 50 personnes en zone orange. La distanciation et le port du masque sont obligatoires et du nettoyage est effectué régulièrement.

Mais les cinémas ontariens peuvent servir du maïs soufflé, contrairement aux salles dans certaines zones au Québec.

Le propriétaire de la salle de cinéma de Kapuskasing se dit satisfait de l’achalandage pour cette réouverture.

C'est aussi bien que ce à quoi je peux m'attendre étant donné la situation à Kapuskasing il y a environ un mois. La ville nous a toujours soutenus.

Une citation de :Garrick Sissons, propriétaire du Royal Theatre à Kapuskasing.

M. Sissons affirme qu’il n’a pas de difficulté à assurer la distanciation de deux mètres pour les clients.

J’ai 250 sièges alors 50 personnes peuvent s'installer très confortablement et en toute sécurité, dit-il en soulignant que plusieurs rangées sont bloquées.

Garrick Sissons est propriétaire du cinéma Royal à Kapuskasing.

Garrick Sissons est propriétaire du cinéma Royal à Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Dans les cinémas à plusieurs salles, la limite de 50 personnes s’applique à tout l’établissement.

Ainsi, seulement quatre des douze salles de cinéma de SilverCity à Sudbury sont ouvertes pour le moment et on permet l’accès à seulement 15 clients par salle.

Les clients se disent heureux de la réouverture.

Ça fait du bien de sortir après le mois de confinement. Avec des précautions et des petits groupes, on peut revenir au cinéma, c’est plaisant.

Une citation de :Jean-François Philippe, client à Kapuskasing.
Des clients d'une salle de cinéma à Kapuskasing, dans le Nord de l'Ontario.

Jean-François Philippe et sa famille ont effectué une sortie au cinéma à Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

En même temps, ils disent aussi vouloir soutenir l’entreprise locale.

À Kapuskasing, le cinéma a fermé plusieurs fois et on espère que ça reste ouvert, ajoute M. Philippe.

On veut encourager nos entreprises locales. Il faut venir pour être capable de les faire survivre, affirme une autre cliente, Louise Robichaud.

L’importance du maïs soufflé

Comme c’est le cas pour certains cinémas au Québec, Garrick Sissons affirme qu’il n’aurait pas ouvert sa salle si on lui avait interdit de vendre du maïs soufflé.

Il ne servirait à rien d'ouvrir, car on fait très peu d'argent au box-office, souligne-t-il.

Les clients soulignent aussi l’importance du maïs soufflé pour leur expérience au cinéma.

On ne viendrait pas si on ne pouvait pas acheter du pop-corn, souligne Mme Robichaud.

Pendant leur fermeture, des cinémas ont continué à vendre du maïs soufflé pour emporter, comme l’ont fait des restaurants avec leurs plats.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !