•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'identification des variants du coronavirus est un long processus, selon un chercheur

Des éprouvettes de dépistage de la COVID-19 dans un laboratoire.

Actuellement pour rechercher un des variants du coronavirus, les échantillons de la Saskatchewan sont envoyés au Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le chercheur au laboratoire VIDO-InterVac sur les vaccins et les maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan, Aaron White indique que l’identification des variants de la COVID-19 est un processus beaucoup plus long qu’un simple test de dépistage de la COVID-19.

Le test pour voir s'il y a un variant est beaucoup plus long, dit Aaron White.

Pour la plupart des tests, il suffit de détecter un morceau du virus, explique M. White.

Mais dans ce cas, pour détecter le variant, vous devez construire la séquence entière du virus, et c'est pourquoi cela prend plus de temps, précise le chercheur.

Un autre facteur expliquant ce retard en Saskatchewan réside dans le délai occasionné par l'envoi des échantillons au Laboratoire national de microbiologie à Winnipeg pour le séquençage.

Selon M. White, le Laboratoire de Winnipeg dispose des infrastructures nécessaires pour la réalisation de ce travail d'analyse avant même le début de la pandémie.

Plus tôt cette semaine, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, le Dr Saqib Shahab, a déclaré qu'environ 120 échantillons par semaine sont envoyés au Manitoba afin de rechercher un des variants du coronavirus.

Le laboratoire provincial Roy-Romanow de Regina s'apprête en ce moment à obtenir sa certification afin de réaliser le travail de séquençage sur place dans la province.

Selon M. White, la Saskatchewan fait déjà un travail raisonnable pour faire face à l'urgence induite par les nouveaux variants du coronavirus.

Il explique que les autorités provinciales prennent simplement le temps de bien faire les choses.

Actuellement, il faut environ deux semaines pour savoir si un test est positif pour un variant du coronavirus.

Sept cas de variants du coronavirus ont été confirmés en Saskatchewan jusqu'à présent. Mais la longue attente pour tester les échantillons rend plus difficile le suivi de la propagation dans la province.

Depuis la découverte de variants en Saskatchewan, la province a demandé aux personnes symptomatiques et aux voyageurs hors province de se faire tester immédiatement, plutôt que de suivre les directives précédentes qui consistaient à isoler pendant 48 heures avant de demander un test.

Avec les informations de Julia Peterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !