•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

13 familles du Togo vont s'établir dans le Haut-Madawaska

De gauche à droite : Tado Ahoga, Yawo Mensah, Djamillatou Abassa et Aboudel-Kahr Adam

Radio-Canada

La communauté rurale du Haut-Madawaska, au Nouveau-Brunswick, s’apprête à accueillir dans quelques jours 13 familles du Togo.

Ces personnes ont été recrutées par l’entreprise Nadeau Ferme Avicole pour pallier le manque de main-d’oeuvre à l’abattoir.

Yawo Mensah et Tado Ahoga sont deux de ces personnes qui s’apprêtent à faire leur bagage et à emménager au Nouveau-Brunswick. Ils habitent à Lomé, la capitale du Togo, et ont deux enfants.

Yawo travaille dans la transformation des aliments et Tado est assistante à la direction d'une entreprise.

Quatre personnes posent dans un jardin.

De gauche à droite : Tado Ahoga, Yawo Mensah, Djamillatou Abassa et Aboudel-Kahr Adam

Photo : Courtoisie

La famille est poussée par un goût de l’aventure et motivée par le développement de ma famille, déclare Yawo Mensah.

Tado Ahoga a hâte de se lancer à la découverte d’une nouvelle région.

C’est une volonté, un choix pour nous [...] mais au même moment, on a le stress, l’appréhension de l’inconnu, reconnaît-elle.

Djamillatou Abassa est archiviste et son mari Aboudel-Kahr Adam est boucher. Le couple a trois enfants, dont un bébé âgé de 9 mois.

Ils souhaitent bien s’intégrer dans sa nouvelle communauté d’accueil.

Nous espérons avoir une meilleure vie, une bonne vie où il fait bon vivre, pour nous et pour nos enfants, dit le père de famille.

Si une fois là, je trouve un travail d’archiviste, ça me fera plaisir. Mais dans le cas contraire, je vais essayer de découvrir autre chose, explique Djamillatou.

Au Nouveau-Brunswick dans une semaine

Le sous-sol de l’église de Baker-Brook est rempli d’articles de tout genre pour aider ces familles africaines à s’établir dans la région.

Les gens du Nord-Ouest et de la Baie-des-Chaleurs ont répondu généreusement à l’appel lancé par le maire de la Communauté rurale de Haut-Madawaska.

Si ça continue comme ça, je pense qu’on va commencer à manquer de place pour ranger tout ce que les gens ont fait parvenir, plaisante le maire Jean-Pierre Ouellette.

La première vague de familles togolaises est attendue à l’aéroport de Moncton le 6 mars. Tous les nouveaux arrivants seront en quarantaine pendant 14 jours et vont commencer le travail à la fin mars.

D’après le reportage de Bernard LeBel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !