•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Approvisionnement de vaccins trop « faible », selon le maire de Lévis

Selon Gilles Lehouillier, il faudrait plus d'un an, au rythme actuel, pour vacciner 80 % de la population de la région administrative.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Gilles Lehouillier, maire de la Ville de Lévis, en mêlée de presse.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, déplore un approvisionnement en vaccin trop « faible » de la région de Chaudière-Appalaches, craignant de longs délais avant d'atteindre les cibles de vaccination.

Chaudière-Appalaches comptera bientôt quatre centres de vaccination dispersés à Thetford Mines, à Lévis, à Montmagny et à Saint-Georges. Le dispositif, une fois pleinement opérationnel, pourra inoculer 42 000 doses par semaine. On prévoit également fonctionner 7 jours sur 7, plutôt que 5 comme c'est le cas actuellement.

Mais aussi bon soit-il sur papier, le plan pourrait être compromis en raison de l'approvisionnement en doses de vaccin, selon le maire de Lévis. Au cours des prochaines semaines, on va recevoir, pour Chaudière-Appalaches, que 4280 doses par semaine, a expliqué Gilles Lehouillier lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada. C'est faible.

Si j'extrapole, avec 4280 doses par semaine, ça va prendre 76 semaines avant de dire qu'on a atteint 80% de la population vaccinée dans Chaudière-Appalaches.

Une citation de :Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Et ça, ça ne tient pas compte des deuxièmes doses, a soufflé le maire.

Manque de bras?

Le CISSS de Chaudière-Appalaches ne corrobore pas les chiffres avancés par le maire, mais précise que pour le moment, la région ne prévoit pas recevoir de nouvelles doses la semaine prochaine.

Mis à part le manque de doses, le manque de vaccinateurs pourrait alors ralentir l’effort d’immunisation dans la région. Ce qui nous préoccupe un peu plus, c'est la période estivale, où les gens vont commencer à vouloir prendre des vacances. On va avoir besoin de beaucoup plus de main-d'oeuvre pour cette période-là et on anticipe un défi, affirme Marie-Ève Tanguay, directrice de la vaccination pour le CISSS de Chaudière-Appalaches.

Cette dernière souligne que le CISSS est dans un processus d’embauche continu pour répondre à la demande.

Pour le moment, les problèmes anticipés n'ont pas empêché la région de Chaudière-Appalaches d'être en avance sur son calendrier. Un seul nouveau cas y a par ailleurs été rapporté dans les dernières 24 heures.

Avec la collaboration de David Rémillard et de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !