•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sentiers de motoneige accessibles gratuitement en fin de semaine

Des motoneigistes sur une piste

Les sentiers de motoneige du Québec sont accessibles gratuitement en fin de semaine dans le cadre des journées portes ouvertes de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.

Photo : Radio-Canada

Quelque 4000 km de sentiers de motoneiges de l’Abitibi-Témiscamingue sont accessibles gratuitement cette fin de semaine.

L’activité portes ouvertes sur les sentiers est organisée par la Fédération des clubs motoneigistes du Québec (FCMQ), afin de faire la promotion de l’activité de la randonnée en motoneige. Tous les propriétaires d’une motoneige immatriculée et assurée peuvent s’inscrire pour obtenir un droit d’accès gratuit au cours de ces deux journées.

« Il y a beaucoup de gens qui achètent une motoneige pour aller à leur chalet, sans penser se promener dans nos sentiers, souligne Mario Poirier, administrateur régional à la FCMQ. On leur donne la chance d’essayer le réseau et voir s’ils aiment la randonnée, avec l’objectif évidemment qu’ils prennent leur carte de membre l’an prochain. Aussi, on fait beaucoup de sensibilisation pour que les gens circulent dans les sentiers balisés et respectent les terres privées et les agriculteurs. »

Des motoneigistes stationnés à l'entrée d'un sentier de motoneige.

Journée gratuite sur les sentiers de motoneige du Québec.

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

Mario Poirier s’attend à ce que l’activité portes ouvertes soit très populaire auprès des motoneigistes ontariens, qui ont été beaucoup moins nombreux à prendre leur carte d’accès aux sentiers du Québec cet hiver.

« Les gens étaient plus [inquiets] en raison de la pandémie et c’est normal, affirme-t-il. On voit encore des Ontariens dans nos sentiers, mais beaucoup moins que l’an passé. Par contre, ils adorent toujours venir nous voir pendant les portes ouvertes et on est heureux de les accueillir. »

Sport sécuritaire

L’administrateur régional demeure persuadé que la motoneige peut-être pratiquée en tout respect des consignes sanitaires.

« Au départ, on a tous un casque et on garde toujours une certaine distance entre nous. Le plus gros changement est venu au niveau des relais ou des restaurants, où les gens aimaient se rencontrer et manger. On a fermé des refuges pour la saison et on a incité les motoneigistes à prévoir leur propre repas. La pratique se fait de façon plus isolée, mais ça reste tout aussi facile et sécuritaire », conclut M. Poirier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !