•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La semaine de relâche en Matanie, entre défis et soulagement

Des skieurs au pied d'une piste.

Le centre de ski du Mont-Castor a dû annuler plusieurs activités pour la relâche.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

La semaine de relâche a commencé samedi, mais ce n’est pas sans poser certains défis aux organisateurs d'activités, notamment ceux de la Matanie.

Ils doivent rivaliser d’imagination pour mettre en place des activités tout en respectant les règles sanitaires.

En temps normal, entre 100 et 150 activités ont lieu en Matanie durant cette semaine de congé, selon l'agente de développement au service des loisirs de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Matane, Joanie Chouinard.

Cette année, il y en aura seulement une trentaine, qui se tiendront principalement à l’extérieur.

Notre programmation avait été pensée pour une zone orange, telle qu’on l’avait connue il y a quelques mois, donc il a fallu s’ajuster à une zone orange plutôt foncé, explique-t-elle.

Par exemple, les activités intérieures encadrées n’ont pas pu avoir lieu.

Les activités qui ne peuvent pas avoir lieu ne sont pas annulées, elles sont reportées. C’est une façon de s’adapter, selon Mme Chouinard.

Joanie Chouinard devant la caméra.

Joanie Chouinard a dû faire preuve de créativité.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Il faut faire preuve de créativité, puis on commence à être très habitué aussi, raconte-t-elle. Je me plais à dire que quand le plan A va bien fonctionner, on va être déstabilisé, parce que souvent c’est notre plan B, parfois même C ou D, qu’on finit par réaliser.

Ce sont de beaux défis créatifs et d’adaptation.

Une citation de :Joanie Chouinard, agente de développement à la Ville de Matane

L’équipe du centre de ski du Mont-Castor a aussi dû annuler des activités animées prévues pour la relâche, selon la directrice marketing et restauration du centre, Annie Joncas.

D’habitude, on a de belles activités : des barbecues à l’extérieur, des courses amicales, etc, énumère-t-elle. Cette année, vu le contexte, c’est impossible parce que ce sont des activités qui font en sorte que la distanciation physique est peut-être moins respectée, donc ce n’est pas recommandé.

Trois agents de sécurité s’assurent d’ailleurs que les règles sanitaires sont respectées.

Un homme donne son nom à un agent de sécurité.

Le centre de ski du Mont-Castor a renforcé ses mesures sanitaires dans la salle à manger.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Mais avec le beau temps samedi, les skieurs sont au rendez-vous, et le moral aussi.

On est content, les gens sont aussi contents car ils font du ski, et c’est la priorité.

Une citation de :Annie Joncas, directrice marketing et restauration, Mont-Castor

Émilie Boulanger, une Matanaise rencontrée au Mont-Castor, compte bien en profiter avec sa famille. La mère de deux garçons a décidé de ne rien préparer pour la semaine de relâche cette année.

C’est certain qu’avec la situation actuelle, c’est un petit peu plus complexe, reconnaît-elle. Ça fait du bien des fois d’avoir de petites vacances pas prévues puis de prendre le temps de relaxer et d’en profiter en famille.

Le propriétaire du Cinéma Gaiété, Jacques Desjardins, avait aussi hâte que débute la semaine de relâche : c’est la première depuis début décembre qu’il a pu ouvrir sa salle de cinéma.

Jacques Desjardins face à la caméra.

L'ouverture de son cinéma est un soulagement pour Jacques Desjardins.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

De l’argent tu peux en manger, mais tu ne peux pas en manger tout le temps, c'est-ce pas? À un moment donné, il n'en reste plus…, raconte-t-il.

C’est un soulagement, un très gros soulagement.

Une citation de :Jacques Desjardins, propriétaire du Cinéma Gaieté

Avec toutes ces activités familiales, la santé publique rappelle qu'il ne faut toutefois pas baisser la garde et appliquer les consignes sanitaires.

D'après un reportage de Jean-François Deschênes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !