•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La distance, un enjeu réel pour la vaccination des aînés en Abitibi-Témiscamingue

Une femme portant un masque et une visière administre un vaccin à une femme âgée.

Les personnes âgées de la région doivent parfois parcourir des dizaines de kilomètres pour se faire vacciner.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

Alors que la prise de rendez-vous va bon train en Abitibi-Témiscamingue pour la vaccination des 80 ans et plus, la question du transport des aînés vers les sites de vaccination demeure une préoccupation.

Pour l’instant, six sites ont été mis en place, à Rouyn-Noranda, La Sarre, Amos, Val-d’Or, Ville-Marie et Témiscaming.

Pour plusieurs aînés des communautés plus éloignées, il faudra franchir des dizaines de kilomètres pour obtenir un vaccin.  C’est notamment le cas à Laforce, au Témiscamingue, où les autorités municipales travaillent à trouver une solution.

« La plupart de nos personnes âgées n’ont pas de véhicule ou de moyen de transport pour se rendre à Ville-Marie, qui est à 100 km, souligne Gérald Charron, maire de Laforce. On veut trouver un moyen de les regrouper pour qu’ils puissent obtenir un rendez-vous la même journée, en mettant des moyens de transport à leur disposition. »

Ce genre d’initiatives est salué par Claire Bolduc, préfète de la MRC du Témiscamingue, qui voit une belle ouverture des autorités régionales de la santé afin de faciliter la vaccination des personnes âgées.

« On est content de voir que le CISSS-AT a respecté le découpage du territoire et qu’on aura deux pôles, au sud et au centre du Témiscamingue, souligne-t-elle. On est en discussion sur les meilleures façons de travailler pour faciliter le déplacement des aînés. Je les sens à l’écoute des propositions des municipalités, pour qu’on puisse composer avec la réalité de notre monde. »

Senneterre veut un site de vaccination

À Senneterre, le maire Jean-Maurice Matte milite pour sa part pour que la vaccination se fasse directement dans sa municipalité, située à environ 70 km de Val-d’Or.

« Je ne sais pas combien de gens ont déjà pris leur rendez-vous à Val-d’Or, mais je sais par contre que la demande est forte pour que l’on puisse avoir la vaccination ici même, affirme-t-il. On sait que la population est tannée et on ajoute au stress des gens plus vulnérables si on leur demande de trouver une solution pour se déplacer, ou d’attendre qu’on leur trouve un transport. Ça ne fonctionne pas. Il faut être capable de vacciner directement chez nous. »

Jean-Maurice Matte présente un projet aux journalistes.

Jean-Maurice Matte, maire de Senneterre.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Le maire Matte ajoute que les pourparlers sont en cours avec le CISSS-AT pour que ce souhait soit exaucé.

« On parle quand même d’une population de 4300 personnes avec un rayonnement assez grand. C’était déjà difficile d’aller à Val-d’Or pour le dépistage. Là on parle d’une opération à grand déploiement et on veut que des équipes se déplacent. On sent une belle collaboration et j’ai bon espoir que ça se fasse en mars », ajoute-t-il.

Un casse-tête

Le président de la Table de concertation des aînés de l’Abitibi-Témiscamingue, Jacques Lafrenière reconnaît que cette opération de vaccination vient avec son lot de casse-tête pour les aînés.

« C’est évident qu’avec tous les secteurs éloignés dans la région, ça augmente le stress des aînés. On sait que ce n’est pas simple de déplacer les vaccins vers eux, en raison des techniques de réfrigération  On ne peut pas avoir ça partout. En plus, le système de prise de rendez-vous par internet ou par téléphone n’est pas évident. Tout ça mis ensemble, ça crée des problèmes, c’est certain », souligne-t-il.

Le président de la Table régional des aînés, Jacques Lafrenière

Le président de la Table régional des aînés, Jacques Lafrenière

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !