•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La publication du rapport préliminaire sur les finances à T.-N.-L. reportée jusqu’en avril

L'analyse sur la restructuration des finances publiques et sa date de publication sont devenues des sujets brûlants de la campagne électorale.

Un portrait de Moya Greene.

Moya Greene, la présidente du comité indépendant qui se penche sur la relance économique à Terre-Neuve-et-Labrador, annonce le report de la soumission de son rapport intérmédiaire.

Photo : CBC

La présidente du comité indépendant qui se penche sur la restructuration des finances publiques à Terre-Neuve-et-Labrador annonce que son rapport intermédiaire ne sera publié qu'après les élections provinciales.

Le rapport préliminaire devait être publié dimanche.

Moya Greene, qui est à la tête du comité depuis septembre dernier, explique que la pandémie et la campagne électorale ont contribué à sa décision de repousser la soumission de l’analyse au gouvernement provincial.

C’était plus difficile de maintenir le flux de notre travail. Comme vous le savez, le mandat de l’équipe est assez large, alors pour terminer un rapport comme nous voudrions le faire, nous aurions besoin de quelques semaines supplémentaires, peut-être cinq ou six, explique l’ancienne présidente-directrice générale de Postes Canada et de la Royal Mail.

Je n’ai jamais vu la date du 28 février comme une contrainte, si vous voulez [...] C’était la date, où, au début, je m'étais dit que si tout allait bien nous serions capables de remettre un rapport.

Le premier ministre sortant, Andrew Furey, avait annoncé le comité axé sur la relance économique en septembre.

Le gouvernement a presque fait faillite l'an dernier. Terre-Neuve-et-Labrador gère actuellement la dette par habitant la plus élevée du pays, des déficits structurels, un secteur pétrolier au ralenti, une population vieillissante et un mégaprojet hydroélectrique — le barrage de Muskrat Falls — dont le coût a plus que doublé depuis 2010.

Un sujet brûlant

Le rapport Greene et sa date de publication sont devenus des sujets brûlants de la campagne électorale. Plusieurs syndicalistes — dont une ancienne membre du comité indépendant — critiquent le manque de transparence du panel et craignent que l’équipe de Moya Greene s’apprête à recommander des compressions draconiennes.

Andrew Furey, le chef libéral, espérait que les recommandations du comité pourraient faire partie du prochain budget. Samedi, Moya Greene ne pouvait pas préciser si le rapport final du comité serait toujours publié le 30 avril, tel que précisé par les lignes directrices du panel.

Je comprends très bien les défis qu’affrontent les bénévoles qui font partie de ce comité, affirme M. Furey.

Personne n’aurait pu prévoir que la période électorale serait prolongée, soutient-il, en rappelant l’annulation du vote en personne annoncé la veille du jour du scrutin. Les électeurs ont maintenant jusqu’au 12 mars pour envoyer leur bulletin spécial par la poste.

Ce n’est pas rare qu’un rapport gouvernemental soit en retard.

L’opposition sortante critique Andrew Furey pour avoir déclenché des élections générales avant la publication de l’analyse du comité. M. Furey promet maintenant des consultations avec le grand public avant de mettre les suggestions du rapport Greene en oeuvre.

Toutefois, son principal adversaire, le chef progressiste-conservateur, Ches Crosbie, n’est pas satisfait. Je ne suis pas convaincu que ce seront des recommandations, croit-il.

Il n’y aura pas de discussions et c’est pour cette raison que le rapport ne sera pas publié avant les élections, clame M. Crosbie, en précisant qu’il s’attend à un document recommandant la fermeture d’écoles et d’hôpitaux ruraux.

Moya Greene se veut rassurante

Samedi, lors d’une téléconférence, Moya Greene s’est voulue rassurante. Elle dit avoir passé plus de 200 heures en réunion avec des individus, des groupes de tous les domaines économiques, des experts, des gens qui sont des leaders dans leur communauté, des gens qui ont des idées pratiques pour l’avenir.

Je peux vous assurer que, pour tous ceux qui m’ont contactée afin d'avoir une discussion ou une réunion, j’étais là, affirme-t-elle.

Aux gens qui ont peur qu’il y ait des recommandations qu'ils préféreraient ne pas avoir, je peux vous assurer que ce rapport, à mon avis, sera un point de départ pour des discussions, pour des consultations et pour des recommandations.

Quand est-ce que le premier ministre a pris connaissance du report?

Moya Greene dit que son comité a pris la décision de repousser la date de soumission du rapport il y a deux ou trois semaines. Cette décision a été communiquée avec le greffier du conseil exécutif — le plus haut fonctionnaire à Terre-Neuve-et-Labrador — il y a de 7 à 10 jours, selon Mme Greene.

Andrew Furey dit cependant avoir pris connaissance du report de la publication vendredi soir — environ une semaine plus tard. Il dit qu'il a appris samedi matin, vers 7 h 30, que Moya Greene organisait un point de presse.

Je ne peux pas imaginer que le greffier du conseil exécutif n'ait pas communiqué ces informations très pertinentes à son patron, estime Ches Crosbie, en notant que jeudi dernier, en point de presse, Andrew Furey avait dit qu'il n'avait pas parlé à Moya Greene depuis les Fêtes.

Rien ne sera épargné de l'analyse

Mme Greene ajoute que les nombreux défis financiers de sa province natale sont considérables et que rien ne sera épargné de l’analyse de son équipe.

On nous a demandé d’examiner tous les aspects de l’économie, tous les gros défis, souligne-t-elle.

Elle se dit certaine que la province, malgré sa dette et ses problèmes économiques, pourra s’en sortir.

Est-ce que j’ai des inquiétudes? Non, pas vraiment. Si on regarde l’histoire de cette province, on se rend compte que, bien avant la Confédération, ce coin de pays avait déjà fait face à des défis extraordinaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !