•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La micro-fromagerie qui a fait fléchir Bell

Deux jours après avoir dénoncé leur incapacité d’obtenir l’accès à Internet haute vitesse, les propriétaires d’un commerce en région ont appris que Bell fera volte-face.

La devanture de la fromagerie La Cabriole, près de Maniwaki.

La fromagerie La Cabriole, près de Maniwaki

Photo : David Richard

Raphaël Bédard et Émilie Lemay n’arrivaient pas à brancher leur micro-fromagerie à l'Internet haute vitesse, même si les fils de fibre optique de Bell passaient tout juste devant.

Ils ont fait de nombreuses démarches auprès de l’entreprise ces derniers mois, patienté au téléphone, plaidé leur cause auprès de différents employés de la firme, sans succès.

Le couple qui habite dans une petite municipalité au nord de Maniwaki, en Outaouais, a parlé de sa situation auprès des élus locaux, cherchant une façon de forcer la main du géant des télécommunications.

Cette semaine, M. Bédard et Mme Lemay ont profité d’une tribune médiatique pour se plaindre de leur sentiment d’impuissance face à Bell. Dans un reportage de Radio-Canada, qui révélait le branchement en 2020 du chalet du PDG de Bell à la haute vitesse, les propriétaires de La Cabriole ont dit en avoir assez de faire poireauter des clients qui veulent simplement procéder à un paiement électronique.

Ils ont été entendus.

Deux personnes en entrevue par vidéoconférence.

Émilie Lemay et Raphaël Bédard, propriétaires de la micro-fromagerie, La Cabriole

Photo :  Capture d’écran

Volte-face

Vendredi, le directeur des relations gouvernementales de Bell, Charles Gosselin, les a informés que leur problème sera réglé. Bell a en effet révisé les plans de son déploiement d’Internet dans la municipalité de Montcerf-Lytton, située à deux heures de route au nord de Gatineau. La Cabriole sera branchée d’ici l’automne.

On a eu un beau matin. M. Gosselin, le représentant de Bell, nous a appelés avec la bonne nouvelle que Bell agrandissait un peu le projet de Montcerf. Ils rajoutent 20 nouvelles connexions et on fait partie de ces 20 connexions. On s’est beaucoup réjouis.

Une citation de :Raphaël Bédard, co-propriétaire de la fromagerie La Cabriole

La Vallée de la Gatineau est l’un des endroits au Québec qui cherche encore à brancher nombre de ses commerces et résidences principales à l’Internet haute vitesse.

Cette semaine, Radio-Canada révélait qu’un secteur de villégiature dans la municipalité de Lac-Sainte-Marie, un peu au sud, avait déjà été branché à la haute vitesse. Le projet soumis par Bell avait bénéficié de subventions des gouvernements du Canada et du Québec.

Le fait que le président et directeur général de Bell, Mirko Bibic, soit le propriétaire d’un de ces chalets a suscité de nombreuses réactions de la part d’élus à travers la province.

Dans ce reportage, M. Bédard disait qu’il aurait aimé vivre proche du PDG de Bell pour avoir accès à la haute vitesse lui aussi.

Souvent, disait-il, la connexion est tellement mauvaise dans son commerce qu’il est obligé de faire attendre ses clients une quinzaine de minutes pour qu’ils arrivent à payer par carte. Parfois, on devient trop gêné, puis on leur dit, quand tu auras de l’Internet, envoie-nous un transfert, nous avait raconté M. Bédard plus tôt cette semaine.

La pression a fonctionné

Une porte-parole de Bell a confirmé, vendredi, que la compagnie brancherait la fromagerie du couple Bédard-Lemay, une petite entreprise familiale qui ne compte aucun employé permanent.

Nous avons vu les préoccupations de la Fromagerie La Cabriole et nous avons donc informé les propriétaires qu'ils font partie des plans d'expansion élargis de Bell dans la région, explique Vanessa Damha.

Bell a aussi proactivement informé les députés locaux du changement de ses plans dans Montcerf-Lytton, selon le couple qui a reçu des appels de félicitations de leur part, vendredi.

Une affiche de la fromagerie La Cabriole,

La fromagerie La Cabriole à Montcerf-Lytton, près de Maniwaki.

Photo : David Richard

Mme Lemay a signalé qu’elle était particulièrement heureuse que d’autres résidences dans les environs allaient aussi être branchées.

On est contents pour ces 20 maisons-là de plus, il n’y a pas juste nous qui en profitons. Ça nous rend heureux, doublement, lance-t-elle.

Elle ajoute que les branchements futurs au Québec devraient se faire en priorité dans les résidences principales et les commerces, et non pas les chalets qui ne sont pas occupés toute l’année.

Le couple se dit convaincu que Bell a changé ses plans dans leur municipalité à la suite de leur sortie médiatique.

C’est sûr, affirme M. Bédard. On était étouffés dans la machine bureaucratique, même hier encore… Là, ce matin, c’était la surprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !