•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bons et les moins bons coups de Netflix en matière d’inclusion

Une main tenant une télécommande devant une série de logos du service Netflix.

Netflix a également indiqué vouloir créer un fonds de 100 millions de dollars pour augmenter la visibilité des groupes sous-représentés au cinéma et à la télévision.

Photo : Reuters / Mike Blake

Radio-Canada

Les films et séries télé de Netflix ont quasiment atteint la parité homme/femme en 2018 et 2019 pour ce qui est des rôles principaux. Mais les personnes d’origine latine et LGBTQ sont sous-représentées.

C'est ce qui ressort d'une étude publiée vendredi par la Annenberg Inclusion Initiative de la University of Southern California, qui a analysé le contenu de 126 films et 180 séries télé.

En tout, 23 % des films ont été tourné par des réalisatrices, tandis que la production a été réalisée à 29 % par des femmes, soit trois fois plus que dans le reste de l'industrie, note l'étude.

Par ailleurs, parmi les séries et les films de Netflix étudiés, 31,9 % des rôles principaux étaient occupés par des personnes racisées, légèrement en dessous de leur représentation dans la population (37,3 %).

Le but de cette étude d’analyse comparative est de rendre des comptes de façon constante.

Une citation de :Scott Stuber, vice-président de la division cinéma de Netflix

Selon lui, cette tendance s'est poursuivie en 2020 avec plusieurs films mettant en valeur la diversité comme Le blues de Ma Rainey, Da 5 Bloods : frères de sang et The Old Guard.

Inspirer l'industrie

L'étude se poursuivra sur une période de six ans, et on espère faire des émules au sein de l'industrie.En effectuant ce genre de comparaisons, nous espérons initier du changement non seulement au sein de Netflix, mais dans l'ensemble de notre secteur , affirme Ted Sarandos, co-PDG et directeur du contenu de Netflix.

Le mois dernier, l'entreprise avait indiqué que les femmes représentaient 47 % de son personnel et les personnes racisées, 46 % de ses employés travaillant aux États-Unis.

Malgré ces bons résultats, l'entreprise a noté des lacunes en matière d'inclusion. Ainsi, 64 % des rôles parlés sont masculins, 16,9 % des réalisatrices et réalisateurs viennent de groupes racisés.

De même, les personnes d’origine latine ou issues de la communauté LGBTQ ne représentent que respectivement 4 % et 2,3 % des rôles principaux, soit bien en deçà de leur part dans la population.Netflix a également indiqué vouloir créer un fonds de 100 millions de dollars pour augmenter la visibilité des groupes sous-représentés au cinéma et à la télévision.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !