•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Marché entend rester sur la voie de la rentabilité

Des clients et des vendeurs au Grand Marché de Québec.

La popularité du marché de Noël a aidé le Grand Marché à boucler l'année 2020 avec un surplus (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Malgré un début d’année difficile marqué par la crise sanitaire et l’obtention d’un prêt d’urgence de 300 000 $ de la Ville de Québec pour l’aider à se maintenir à flot, le Grand Marché a réussi à dégager un surplus en 2020. L’établissement est déterminé à poursuivre sur cette lancée.

On commence à rembourser nos prêts [et] on paie notre loyer en bon locataire. 2020 a été une bonne année, 2021 en sera une meilleure, prédit la nouvelle directrice générale, Jade-Èva Côté-Rouillard.

Porté par l’achat local et un achalandage en croissance, le Grand Marché a également profité du succès de son marché de Noël, auquel plus de 150 entreprises ont participé.

On continue d’activer, de positionner l’achat local vraiment au cœur des démarches qu’on fait puis on voit que la population s’approprie de plus en plus son Grand Marché.

Une citation de :Jade-Èva Côté-Rouillard, directrice générale, Grand Marché de Québec
Jade-Èva Côté-Rouillard accorde une entrevue à Radio-Canada à l’intérieur du Grand Marché.

Jade-Èva Côté-Rouillard a récemment été nommée directrice générale du Grand Marché de Québec.

Photo : Radio-Canada

Les données des mois de janvier et février sont également encourageantes. Mme Côté-Rouillard affirme que le Grand Marché a accueilli en moyenne 10 000 visiteurs par semaine depuis le début de l’année.

Augmentation des ventes

Les activités du Carnaval et le sentier glacé aménagé à la place Jean-Béliveau ont contribué à ce succès de foule.

Les gens font de bonnes affaires. J’ai des entreprises qui ont connu des augmentations de ventes de 30 à 70 % depuis janvier. C’est très positif, se réjouit Mme Côté-Rouillard.

Régis Labeaume, lui-même un habitué du Grand Marché, voit un lien entre la rentabilité de l’institution et l’arrivée de la nouvelle directrice générale.

Je viens à toutes les fins de semaine. On a vu la différence. Il y a achalandage, il y a plus de kiosques. Il y a plus de variétés aussi, observe le maire de Québec.

Régis Labeaume s’adresse aux médias à l’intérieur du Grand Marché. Il porte un couvre-visage.

Le maire Régis Labeaume est un client régulier du Grand Marché de Québec.

Photo : Radio-Canada

Si le Grand Marché a connu quelques ennuis financiers, Régis Labeaume soutient que la clientèle a toujours été au rendez-vous.

On a beaucoup parlé du Grand Marché comme s'il y avait le grand malheur, mais moi, il y a toujours eu de l'affluence ici. Maintenant le défi, c'est de l'animer et de l'habiter au complet, dit-il.

Le maire de Québec croit que l’emplacement du site, les nombreux espaces de stationnement et les activités complémentaires offertes aux alentours vont aider à faire du Grand Marché un succès.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !