•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les piscines des hôtels en zone rouge ne rouvriront pas pour la relâche au Québec

Seules celles des municipalités pourront accueillir des visiteurs, a décrété le gouvernement Legault.

Une piscine intérieure.

Les hôtels en zone rouge ne pourront pas rouvrir leurs piscines, contrairement à ce qu'ils avaient prévu.

Photo : iStock

Plusieurs familles ayant réservé une chambre dans un hôtel du Québec dans l'espoir de s'y baigner pendant la relâche scolaire devront renoncer à cette activité.

Un arrêté ministériel rendu public vendredi (Nouvelle fenêtre) confirme qu'en zone rouge, seules les piscines des municipalités seront autorisées à rouvrir.

Sans surprise, les hôteliers sont en furie. Ils s'attendent à devoir composer avec de nombreuses annulations de réservations dans les prochains jours.

Après l'annonce de certains assouplissements, le 16 février, on avait pourtant reçu la confirmation que nos piscines pourraient rouvrir, a déploré la PDG de l'Association des hôtels du Grand Montréal, Eve Paré, en entrevue avec Radio-Canada, vendredi.

Depuis, ses membres avaient lancé des campagnes promotionnelles pour séduire les familles, dit-elle. C'était la principale raison du séjour pour beaucoup de clients, souligne Mme Paré.

Ce seront des coûts importants qui devront être assumés encore une fois par les hôteliers dans une situation qui est déjà très difficile.

Une citation de :Eve Paré, PDG de l'Association des hôtels du Grand Montréal

Des périodes de baignade de 30 minutes par bulle familiale étaient prévues, précise-t-elle; deux familles auraient pu faire trempette en même temps, mais seulement dans les piscines assez grandes pour assurer la distanciation physique entre les baigneurs.

Une décision de la santé publique

Les hôteliers disent avoir appris la nouvelle du ministère du Tourisme, alors qu'au cabinet de la ministre Caroline Proulx, on explique avoir été informé jeudi soir de la décision de la santé publique.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a d'ailleurs publié un communiqué en fin de journée, vendredi, pour apporter des précisions quant à certaines mesures d'assouplissement permises pour la relâche scolaire, lesquelles entrent en vigueur dès maintenant.

D'abord, les activités sportives ayant lieu dans des piscines intérieures publiques sont permises, mais limitées à la pratique individuelle, à deux ou entre les personnes résidant à la même adresse, rappelle le MSSS, qui ajoute que des cours individuels ou aux occupants d'une même résidence privée sont possibles.

Toutefois, les piscines des établissements hôteliers devront rester fermées en zone rouge, ajoute le ministère, qui a confirmé par courriel à Radio-Canada que celles des hôtels situés en zone orange peuvent demeurer ouvertes.

Il semble toutefois y avoir une confusion quant au sort réservé aux piscines des hôtels de l'Outaouais, de l'Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Dans un courriel envoyé vendredi après-midi aux membres de l'Association Hôtellerie Québec, son PDG, Xavier Gret, affirme avoir appris par la voix du cabinet de la ministre du Tourisme que toutes les piscines intérieures d’établissements d’hébergement devaient fermer dès ce soir, autant en zone rouge qu'en zone orange.

C'était également la compréhension qu'en faisait l'Association des hôtels du Grand Montréal, vendredi après-midi.

Isabelle Melançon en point de presse.

La députée libérale de Verdun Isabelle Melançon est porte-parole de l’opposition officielle en matière de tourisme à l'Assemblée nationale.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Par communiqué, le Parti libéral du Québec a décrié fortement cette décision, prise en catimini par le gouvernement caquiste dans les dernières heures.

Je suis scandalisée de voir le peu de respect de la CAQ [Coalition avenir Québec] à l'égard de nos hôteliers et hôtelières du Québec, écrit sa porte-parole en matière de Tourisme, Isabelle Melançon.

Après plusieurs mois difficiles, la plupart voyaient une lueur d'espoir à l'horizon avec la semaine de relâche, souligne-t-elle.

Voici, encore une fois, un triste exemple d'improvisation, de manque de transparence et du peu de considération pour nos familles et nos entrepreneurs du Québec.

Une citation de :Isabelle Melançon, porte-parole libérale en matière de Tourisme

Par ailleurs, le MSSS a annoncé vendredi une règle passée quelque peu inaperçue au cours des derniers jours qui, pour la première fois depuis des mois, rouvre la porte à de petits rassemblements dans les résidences.

Dans les domiciles privés, une personne seule, avec ses enfants s'il y a lieu, peut se joindre aux personnes résidant à une seule autre adresse, à la condition de former un groupe stable, écrit-il.

C'est donc dire qu'une famille avec enfants pourrait visiter ou accueillir chez elle une mère monoparentale et ses enfants, par exemple.

Les groupes ainsi formés devraient toutefois s'abstenir de se rassembler dans leurs domiciles avec toute autre personne qui ne fait pas partie du groupe, prévient le ministère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !