•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS-AT s’inquiète d’une baisse de consultations dans les hôpitaux et les CLSC

Une femme sort de l'hôpital par la porte de la salle d'urgence.

L'entrée de la salle d'urgence du centre hospitalier de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Mathieu Ouellette

Désiré Kafunda

La PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Caroline Roy, s’inquiète d’une baisse des consultations de 30 % dans les hôpitaux et CLSC de la région ces dernières semaines. Qu’en est-il dans les cliniques médicales?

C'est préoccupant, parce que je ne crois pas que notre population soit à ce point moins malade. Qu’est-ce qui fait que l’on observe une diminution de la consultation à ce point là? Ce que ça peut vouloir dire, c’est qu’il y a une détérioration de l’état de santé qui peut s’observer à la maison et qui fait que la personne va consulter par la suite, mais malheureusement va bénéficier à ce moment-là de peut-être plus de soins parce que l’état s’est aggravé , dit-elle.

D’un même souffle, elle rappelle à la population de consulter lorsqu’une situation de santé le nécessite ou qu’une problématique de santé s’accentue.

Pour le président de l’Association des médecins omnipraticiens du nord-ouest du Québec, Dr Jean-Yves Boutet, la pandémie a réduit le nombre de visites chez le médecin, même en clinique médicale. Selon lui, c’est en raison des règles de distanciation physique, qui ne permettent pas d'avoir trop de personnes dans les salles d'attente des cliniques.

Toutefois, les consultations téléphoniques ont pris la relève. Il y a eu moins de patients qui ont pu être vus dans les cliniques de médecins spécialisés, quoique les spécialistes ont quand même utilisé un peu la téléconsultation pour essayer de suppléer à cette problématique-là, explique-t-il.

Statu quo dans les cliniques médicales

À la clinique Médic-Ami du Dr Roméo Jacques à Rouyn-Noranda, on affirme ne pas avoir observé de baisse de consultations. C’est ce que dit également la clinique Accès santé. Tout va bien, nous a-t-on confirmé dans les deux établissements de santé.

À Val-d’Or, Maud Morin travaille au secrétariat de la clinique médicale de L'Or et des Bois et selon elle, il n'y a pas de baisse de consultations non plus. Je vous dirais que c’est quand même assez stable, lance-t-elle.

Elle ajoute que les gens n’attendent pas avant de venir consulter. Les médecins sont toujours disponibles pour faire des consultations téléphoniques quand les patients n’ont pas besoin de se faire examiner physiquement. C’est toujours un bon moyen pour les médecins et les patients si, dû à la pandémie, il y a des patients qui sont trop stressés d’aller à l’extérieur, souligne-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !