•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Hôpital St. Joseph's étrenne un projet pilote de soutien aux jeunes toxicomanes

Vue en plongée d'adolescents assis en cercle.

Le programme débute par une évaluation complète du participant et consistera, en grande partie, en une thérapie de groupe.

Photo : getty images/istockphoto / Katarzyna Bialasiewicz

Radio-Canada

Un nouveau programme pilote à l'Hôpital St. Joseph's de Hamilton vise à fournir une aide dès le début afin que les jeunes adultes aux prises avec la consommation de substances puissent avoir les meilleures chances possibles d'éviter la toxicomanie chronique.

Au cours des trois prochaines années, le Young Adult Substance Use Program (YA-SUP) offrira à plus de 600 jeunes participants aux prises avec la consommation de substances un traitement spécifiquement conçu pour leur groupe d’âge et à partir de consultations nationales et internationales.

En 2020, plus de 625 jeunes ont fait appel aux services d'urgence psychiatrique de l'Hôpital St. Joseph's pour des surdoses ainsi que d'autres problèmes liés à la consommation de substances.

L'établissement s'attend à une fréquentation en hausse, cette année, en raison de l'augmentation globale de la consommation de substances pendant la pandémie de COVID-19.

Les jeunes arrivent aux urgences après des épisodes de consommation effrayants, raconte Holly Raymond, directrice des services de psychiatrie générale et de toxicomanie à l’Hôpital St. Joseph's.

Mais une fois qu'ils ont reçu un premier traitement et qu'ils sont en voie de guérison, ils commencent à manquer des rendez-vous de suivi ou à abandonner leur programme de traitement communautaire. Alors, en tant qu'équipe de soins, nous avons commencé à nous demander pourquoi.

Une citation de :Holly Raymond, directrice à l’Hôpital St. Joseph's

Le programme pilote défend une approche globale du patient, en tenant compte de ses changements de vie, notamment, et de ses relations avec les adultes.

L'accompagnement doit débuter par une évaluation complète du participant. Le suivi s’étend ensuite sur 12 semaines, avec une combinaison de soutien individuel et de thérapie de groupe.

Il inclut également une aide et un soutien éducatif à destination des proches, car les jeunes toxicomanes sont souvent envoyés en traitement par leur école, leurs amis ou les membres de leur famille, précise l’Hôpital St. Joseph's.

Nous avons constaté une augmentation du nombre de personnes âgées de 17 à 25 ans qui cherchent un soutien en matière de toxicomanie et les recherches montrent que cette tranche d'âge ne veut pas nécessairement utiliser les services pour adultes, fait remarquer Mme Raymond.

Nous avons donc spécifiquement besoin d'un programme basé sur les besoins de cette tranche d'âge.

Avec les informations de Desmond Brown, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !