•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des leaders autochtones du Nord-Ouest de l'Ontario craignent une flambée de COVID-19

Un homme devant des drapeaux.

Le chef de la Première Nation de Fort Wiliam, Peter Collins, demande des actions immédiates pour freiner une flambée de cas dans le district de Thunder Bay.

Photo : CBC

La Presse canadienne

Des dirigeants de Premières Nations de la région de Thunder Bay demandent à tous les ordres de gouvernement de prendre des mesures pour lutter contre la propagation inquiétante de la COVID-19 dans le Nord-Ouest de l'Ontario.

Le chef de la communauté de Fort William, Peter Collins, et le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, soutiennent que les ressources locales sont débordées par les cas qui surgissent au sein des populations vulnérables.

Des éclosions ont été signalées dans des établissements correctionnels, chez les personnes en situation d'itinérance de Thunder Bay et dans un certain nombre d'écoles de la région.

Vue aérienne d'une ville et d'une forêt.

La Première Nation de Fort William (bas de la photo) est voisine de la Ville de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Selon les chefs autochtones, les ressources sont insuffisantes pour les personnes libérées des établissements correctionnels qui sont envoyées en quarantaine dans les hôtels de Sioux Lookout, de Thunder Bay et de Timmins.

Cet appel à l'aide est lancé alors que le gouvernement doit décider, vendredi, s'il place la région de Thunder Bay en confinement.

Le médecin hygiéniste de la province a déclaré jeudi qu'il avait recommandé un possible confinement dans la région afin d'empêcher le virus de se propager dans les communautés autochtones du Nord disposant de peu de ressources en soins de santé.

L'Ontario signalait vendredi 1258 nouveaux cas de COVID-19 et 28 autres décès liés au virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !