•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que pouvez-vous faire pendant la relâche scolaire au Québec?

Un homme, portant un masque noir, est assis dans une salle de cinéma.

Les cinéphiles peuvent retourner au cinéma après quatre mois de fermeture des salles québécoises.

Photo : afp via getty images / GABRIEL BOUYS

Radio-Canada

Qui dit congé de la relâche dit activités en famille et entre amis! Québec a mis en place certains assouplissements, juste à temps pour permettre à ceux qui seront en congé de se divertir un peu pendant la première semaine de mars. Voici ce qui est permis depuis vendredi.

Chalets et chambres d’hôtel : oui, mais à deux conditions

Ce n’est pas l’idéal, mais ce n’est pas interdit! Depuis des semaines, le premier ministre québécois met en garde la population contre la location de chalets pour la relâche scolaire, notamment en raison des déplacements entre régions, qui sont fortement découragés. En point de presse le 16 février, François Legault a quelque peu adouci sa position.

Il est ainsi permis de louer un chalet ou une chambre d’hôtel, mais à deux conditions : il faut respecter sa bulle familiale et respecter le couvre-feu. La police a promis de surveiller étroitement les secteurs touristiques pour s’assurer que ces conditions sont respectées.

Aucun barrage policier n'est prévu entre les régions, mais le couvre-feu demeure à 20 h en zone rouge et à 21 h 30 en zone orange, et il faut faire ses courses dans sa propre région avant de se déplacer.

Un spécial pour les familles monoparentales

Comme pendant Noël, les familles monoparentales peuvent être considérées comme des personnes seules pendant le congé de la relâche. Cela veut dire qu’une mère ou un père monoparental peut, avec ses enfants, aller passer du temps dans une autre bulle familiale. Il faut cependant que ce groupe demeure stable tout au long du congé, donc il n'est pas possible de visiter plusieurs autres bulles familiales au fil de la semaine.

Cette permission s’accompagne toutefois d’une restriction : il faut continuer d’éviter de visiter les grands-parents. Québec dit autoriser les familles monoparentales à se joindre à une autre bulle pour faciliter le gardiennage et justement pour éviter qu’elles fassent appel aux grands-parents pour surveiller les enfants.

Glisser à huit personnes, c'est possible!

Qu’il s’agisse de glissade, de ski de fond ou alpin, de course, de marche ou de la construction d’un gigantesque fort en neige… Les personnes résidant en zone rouge bénéficient d’un assouplissement pour les activités extérieures dans un lieu public.

Depuis vendredi, un maximum de huit personnes sont autorisées à se réunir dehors, et ce, partout au Québec. Ces personnes peuvent provenir d'adresses différentes, mais la limite de huit doit être respectée en toutes circonstances. Cela signifie que neuf personnes provenant de deux familles ne peuvent pas se réunir, même si elles résident à seulement deux adresses différentes et que le groupe comprend des enfants. Seule « une personne responsable de l’encadrement peut s’ajouter pour assurer la supervision ou l’animation » d’une activité, indique Québec.

Cet assouplissement concerne seulement les lieux publics, pas les cours et les terrains privés.

Du cinéma sans pop-corn

La saga du pop-corn a quelque peu assombri le déconfinement des cinémas. Malgré des pertes financières engendrées par l'interdiction de vendre des boissons ou de la nourriture, la vaste majorité des établissements ont tout de même recommencé à accueillir le public.

Plusieurs règles doivent toutefois être respectées. Les cinémas fournissent un masque médical à chaque spectateur, qui doit le porter en tout temps. Un maximum de 250 personnes peuvent assister à chaque représentation. Le couvre-feu doit être respecté, il n’y a donc pas de représentations en soirée. Les spectateurs doivent aussi respecter la distanciation dans les salles de projection.

Quant à la programmation, l’accent est mis sur les films familiaux, les films d'animation et les films québécois.

Pas de hockey, mais du patin... et de la baignade

Même si les cours ou les activités de groupe n’y sont pas permis, la réouverture des patinoires intérieures et des piscines publiques partout dans la province permet tout de même aux Québécois de faire un peu d'exercice. Ils peuvent donc nager ou patiner en solo, en duo ou avec leur bulle familiale. Ils sont même autorisés à recevoir les services d’un instructeur pour un entraînement individuel ou à deux.

N’oubliez pas les musées!

Musées, bibliothèques, planétariums, biodômes, jardins botaniques, aquariums, jardins zoologiques… Tous ces établissements sont déconfinés depuis le 8 février, même en zone rouge. Comme les places sont limitées en raison de la distanciation, il faut réserver à l'avance, et le plus tôt possible. Le nombre de personnes étant ainsi limité dans les salles, on peut au moins penser que l’expérience n’en sera qu’améliorée!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !