•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Regina aurait été victime de racisme anti-Asiatiques chez Costco

Un jeune homme avec un chien.

Le jeune homme et sa famille auraient été victimes d'un incident raciste. (archives)

Photo : Fournie par Nico Inocalla

Radio-Canada

Une famille canado-philippine de Regina dit avoir subi du racisme et de la discrimination anti-Asiatiques alors qu’elle se trouvait dans un magasin Costco la semaine dernière.

Trois membres de la famille attendaient leur tour pour passer à la caisse lorsqu’un homme devant eux se serait mis à leur crier de s’éloigner de lui pour respecter les mesures de distanciation en place dans le magasin. L'un d'entre eux, Nico Inocalla, dit que son frère et sa belle-sœur respectaient les mesures à ce moment-là et se tenaient assez éloignés de l’homme.

Il insistait sur le fait que nous devions rester à l'écart, comme si nous étions malades, et il murmurait des termes désobligeants que je ne répéterai pas , poursuit M. Inocalla.

La situation se serait poursuivie jusqu'à ce qu’un responsable du magasin sépare l’homme de la famille en lui disant que ces derniers respectaient la bonne distance de sécurité.

Il prétendait que nous ne savions évidemment pas ce que nous faisions. Comme nous sommes des personnes asiatiques, j'ai eu l'impression d'être victime de discrimination à cause de la couleur de ma peau.

Ce type d'incident n'est pas rare dans la province. Le commissaire en chef de la Commission des droits de la personne de la Saskatchewan, David Arnot, dit que des centaines d’incidents de racisme anti-Asiatiques ont été enregistrés au pays l’année dernière.

Des incidents préoccupants ont ainsi été signalés en Saskatchewan en raison de la pandémie, dont celui concernant les employés du restaurant vietnamien Mai’s Kitchen, à Saskatoon, qui ont été la cible de propos racistes de la part d’un client, à qui ils avaient demandé de porter son masque lorsqu’il se levait.

L'anxiété, la peur et la frustration face au coronavirus ont alimenté la xénophobie, le racisme, la haine et la discrimination contre les communautés asiatiques, mais cela a également révélé une xénophobie préexistante, affirme David Arnot.

En Saskatchewan, le racisme serait même une norme sociale , selon la Commission des droits de la personne.

L'incident a laissé des traces dans la famille de Nico Inocalla qui, même si le soutien des autres clients présents à ce moment-là l’a rassuré, a peur de faire face à d'autres réactions similaires à l'avenir.

Nous ne sommes pas le virus. Nous sommes aussi des êtres humains et voulons juste être traités comme des gens normaux. Il ne faut pas nous voir pas comme une menace ou une maladie.

Avec les informations de Julia Peterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !