•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pont-jetée entre Moncton et Riverview va bientôt fermer pour six mois

Des excavatrices en action dans le chantier près de la rivière.

Le remplacement du pont-jetée par un nouveau pont se termine cette année (archives).

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

Le pont-jetée de la rivière Petitcodiac qui relie les villes de Moncton et de Riverview sera fermé pendant six mois à compter du 5 avril et sa réouverture est prévue pour octobre, a annoncé jeudi le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Il s’agit d’un changement de dates. La fermeture aura ainsi lieu un mois plus tôt que prévu, indique la ministre des Transports et de l’Infrastructure, Jill Green.

Le pont sera rouvert à la circulation en octobre au lieu de novembre.

La ministre explique que le gouvernement souhaite profiter des faibles débits routiers entraînés par la COVID-19 pour perturber le moins possible la circulation.

Nous sommes conscients que la fermeture aura des répercussions, et nous encourageons les habitants à songer à modifier leur itinéraire et leur horaire, ajoute-t-elle, citée dans un communiqué.

Plusieurs gros véhicules de construction dans la boue.

Les travaux de construction ont commencé en 2017 (archives).

Photo : Radio-Canada

Cette période de fermeture doit permettre la réalisation de certains travaux. Il s’agit de réaligner le chenal de la rivière Petitcodiac sous le nouveau pont, ainsi que de démanteler l’ancien pont à vannes et de construire les voies d’accès et les raccordements au pont, explique le gouvernement dans son communiqué.

Entretemps, la circulation sera déviée vers le pont Gunningsville.

Les autorités municipales de Moncton et de Riverview disent prévoir des solutions pour minimiser les problèmes de circulation durant la fermeture du pont-jetée. Elles font déjà les suggestions suivantes à leurs citoyens pour qu’ils se préparent à la fermeture :

  • modifier son horaire de travail pour pouvoir se déplacer hors des heures de pointe;
  • opter pour le transport actif, dont la marche ou le vélo, ou pour le transport en commun ou le covoiturage;
  • prévoir plus de temps pour se rendre à sa destination;
  • réduire le nombre de ses déplacements ou passer par le pont Gunningsville.

Un suivi après la construction

La ministre Jill Green, durant une entrevue accordée à CBC, a expliqué que les effets du nouveau pont sur la rivière feront l’objet d’une surveillance pendant 12 ans.

Les travaux de remplacement du pont-jetée par un pont ont été annoncés en 2014 par l’ancien premier ministre Brian Gallant et le ministre des Pêches et des Océans de l’époque, Dominic LeBlanc. Le projet de 61,6 millions de dollars fait partie des efforts déployés pour restaurer la rivière. Les travaux de construction ont commencé en 2017.

L’ancien pont-jetée construit en 1968 a longuement été une pomme de discorde entre des groupes environnementaux et les habitants des environs du lac artificiel en amont.

Les groupes environnementaux dénonçaient principalement l’étranglement de la rivière, la détérioration de son écosystème et l’impossibilité pour le saumon de l’Atlantique de franchir les vannes. Les propriétaires tenaient au statu quo et ils craignaient que la fin du lac artificiel réduise la valeur de leur propriété.

Avec des renseignements de Aidan Cox, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !