•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français trop absent du Festival du Voyageur?

L'organisation dit prendre les reproches au sérieux et veut faire amende honorable l'an prochain.

Des centaines de personnes assistent au lancement du 45e Festival du Voyageur le vendredi soir 14 février 2014 à Winnipeg.

Cette année, le Festival du Voyageur a eu lieu en mode virtuel afin de respecter les ordonnances de la santé publique (archives).

Photo : Twitter/DanHarperPhoto

Alexia Bille

Yan Dallaire est un habitué et un ancien bénévole du Festival du Voyageur. Il a été « déçu et fâché » de constater que certains spectacles ont été donnés en anglais uniquement cette année. Il a écrit une lettre ouverte sur les réseaux sociaux pour dénoncer le manque de place fait au français.

Est-ce qu'on a eu peur d'offusquer les anglophones? De les vexer? De leur faire peur? Est-ce qu’on pense que si les anglophones entendent du français, ils ne viendront plus au Festival du Voyageur?, a-t-il écrit dans sa publication sur Facebook.

J’ai voulu voir le spectacle de Faouzia, une francophone du Manitoba, explique-t-il en entrevue à Radio-Canada. Les maîtres de cérémonie, les voyageurs officiels et elle-même n’ont parlé qu’en anglais!

Yan Dallaire pensait voir des commentaires soulevant l’absence de français dans certaines activités. Il a été surpris de ne pas en trouver.

J’ai écrit une lettre ouverte aux Vieux Loups, à l’Ordre des Voyageurs Officiels, au conseil d'administration, aux employés du Festival, et aux membres de l’organisation, pour exprimer ma frustration et pour voir si j’étais le seul à m’offusquer de cette situation, explique-t-il.

Comme je n’ai pas regardé tous les spectacles, mon expérience du Festival du Voyageur a été 100 % anglophone, ajoute-t-il.

Si j’avais invité ma famille à célébrer la francophonie du Manitoba, qu’on avait ouvert une bouteille de caribou, pris une tourtière et lancé le concert pour n’entendre que de l’anglais, j’aurais eu envie de pleurer.

Derrek Bentley, lui aussi un habitué du Festival, a également fait part de sa déception. J’ai aimé le Festival de cette année, et malgré la pandémie c’était une réussite, affirme-t-il. Mais j’aimerais quand même critiquer l’absence d’introduction francophone dans certaines soirées.

Pourtant, il pense que même dans les soirées en anglais, le Festival reste une célébration de la francophonie. Pour moi, l'idée derrière le Festival du Voyageur, c’est d’inviter les anglophones à partager un moment avec la communauté francophone, dit-il.

Le Festival compréhensif

Yan Dallaire, qui dit n'en vouloir à personne, explique avoir simplement voulu lancer une discussion.

Le directeur général du Festival du Voyageur, Darrel Nadeau, lui a répondu sur les réseaux sociaux : L’idée cette année était de thématiser les soirées en ayant des soirées uniquement francophone, anglophone et autochtones. [...] C'est clair que certains d'entre vous pensent que c'était une erreur de notre part, a-t-il écrit sur Facebook.

On vous entend et on apprend de cette expérience.

Une citation de :Darrel Nadeau, directeur général du Festival du Voyageur

La présidente du Festival du Voyageur, Natalie Thiesen, affirme elle aussi que les organisateurs sont à l’écoute des commentaires de la communauté. Nous prenons ces reproches très sérieusement, car notre mission c’est de faire rayonner la joie de vivre et la francophonie, explique-t-elle.

On va les prendre en compte à 100 %, même 110 % pour l’année prochaine, ajoute-t-elle. La célébration de la culture franco-manitobaine sera toujours ancrée dans l’époque du voyageur et nous serons toujours disponibles pour entendre les idées de la communauté.

Cette réponse de l’organisation du Festival a su convaincre Yan Dallaire. Évidemment, il faut en discuter et trouver des solutions pour ne plus que ça arrive, dit-il. Mais dans l’ensemble le Festival du Voyageur, c’est toujours épique!

Avec les informations de Mathieu Vleminckx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !