•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le barrage du Site C verra le jour, confirme la Colombie-Britannique

Des camions sur le site de construction du barrage site C près de Fort St John.

Des camions sur le site de construction du barrage Site C près de Fort St John.

Photo : Radio-Canada

Après des mois d’attente, le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, et le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Innovation à faible émission de carbone, Bruce Ralston, annoncent que la construction du barrage hydroélectrique du Site C ne sera pas interrompue.

Cette décision a été prise avec le plus grand soin et après mûre réflexion sur ce qui est dans l'intérêt de tous les citoyens Britanno-Colombiens. Je crois qu'aujourd'hui nous avons pris les bonnes décisions, a déclaré le premier ministre provincial, John Horgan.

Le maintien du projet entraîne cependant une augmentation considérable des coûts de construction. La province évalue actuellement l'achèvement du Site C à 16 milliards de dollars, soit près du double des 8,875 milliards de dollars prévu en 2014.

Selon le gouvernement, cette hausse est en grande partie due à la pandémie, aux enjeux géotechniques ainsi qu’à d'autres pressions liées aux coûts et aux délais.

La mise en service du barrage hydroélectrique aura aussi une année de retard. Elle est maintenant estimée pour 2025.

L'achèvement du site C aidera à alimenter la province en Énergie propre pour l'avenir, alors que nous électrisons notre économie. Nos tarifs resteront parmi les plus bas d'Amérique du Nord et c'est, bien sûr, ce que tout le monde souhaite aujourd'hui à la maison et dans la province, poursuit-il.

Une question financière, dit le gouvernement

John Horgan soutient qu’un arrêt de la construction d’un projet achevé à près de 50 % serait préjudiciable pour le portefeuille des Britanno-Colombiens.

Selon le gouvernement, les coûts d'annulation, dont les coûts irrécupérables et les coûts de remise en état du site, s'élèveraient à au moins 10 milliards de dollars.

Le paiement de ces sommes pourrait entraîner une hausse immédiate de 26 % des tarifs d'électricité de BC Hydro, et ce, pour une période de 10 ans, soutient le gouvernement. Cette hausse équivaudrait à 216 dollars par an pour le client résidentiel moyen, précise la province.

Le gouvernement précise qu’en poursuivant le projet, les augmentations cumulées des factures seront supérieures d'environ 36 dollars par an pour le client résidentiel moyen, ou de 3 % d'ici 2030, par rapport aux prévisions tarifaires antérieures de BC Hydro.

Par ailleurs, il n’y aura aucun impact sur les tarifs avant sa mise en service, soutient le premier ministre.

En passant à la mise en conformité, nous nous assurons que nous pouvons payer cet actif précieux au cours des 100 prochaines années et non des 100 prochains jours, souligne John Horgan.

Améliorer la gestion des risques

L’an dernier, la province a demandé à l’ancien ministre des Finances Peter Millburn d’évaluer la gestion des risques, la construction ainsi que les contrats.

Celui-ci a remis un rapport faisant état de plusieurs recommandations qui permettront de renforcer la surveillance du projet, la gestion des risques et des aspects commerciaux.

Peter Millburn nous a fait 17 recommandations pour améliorer la supervision des projets, ainsi que la gestion commerciale et des risques, indique le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Innovation à faible émission de carbone, Bruce Ralston.

Il ajoute que le gouvernement et BC Hydro ont accepté chacune des recommandations, dont certaines sont d’ores et déjà implémentées sur le site.

Par ailleurs, une firme d’experts en ingénierie, John France et Dr. Kaare Hoeg, s’est penchée sur la révision géotechnique du projet.

Les ingénieurs assurent que les fissures sur le flanc droit du barrage peuvent être réparées afin de répondre aux lignes directrices établies par l'Association canadienne des barrages. Cela permettra, selon eux, de rendre le projet sûr et fiable lorsqu’il sera terminé.

Forts de ces conseils, nous sommes convaincus que le projet peut et doit être réalisé en toute sécurité, dit John Horgan.

Pour la suite, la province a nommé Doug Allen président du conseil d'administration de BC Hydro.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !