•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écoles de Coaticook potentiellement touchées par des cas de variant de la COVID-19

Des éprouvettes dans un laboratoire.

Le laboratoire de dépistage de la COVID-19 à la Cité-de-la-Santé à Laval.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'École Sacré-Cœur et le Collège Rivier, tous les deux situés à Coaticook, sont touchés par des cas potentiels de variant de la COVID-19. Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a annoncé que ces cas ont été observés cette semaine.

Jeudi, le Collège Rivier a dû fermer ses portes de façon préventive, sous l’ordre de la santé publique, après qu’un cas de COVID-19 a été rapporté entre ses murs.

Comme il s’agit d’un possible cas de variant, et qu’il pourrait être potentiellement plus transmissible, les mesures de prévention et de contrôle des infections ont été resserrées afin de limiter au minimum la transmission, a expliqué le CIUSSS de l’Estrie-CHUS dans un communiqué.

Le retrait des personnes à risques modérés a été effectué. Ces personnes sont en isolement pour une période de 14 jours, et ce, même si le résultat de leur test est négatif, a aussi clarifié le CIUSSS, en ajoutant que la santé publique suivra étroitement les gens concernés.

Le CIUSSS de l'Estrie souligne aussi que les personnes qui n’ont pas été contactées par la santé publique ont très peu de risques d’avoir la maladie, et qu’elles peuvent poursuivre leurs activités habituelles sans avoir besoin de se faire dépister, si elles n’ont pas de symptômes.

Jeudi, la directrice du Collège Rivier, Mélanie Provençal, soulignait qu'en raison de la journée pédagogique et de la semaine de relâche qui s'amorce, les craintes d'une propagation au sein de l'établissement, qui accueille des pensionnaires, étaient éliminées.

En entrevue avec Radio-Canada Estrie, vendredi, Mme Provençal dit ne pas avoir été inquiète outre mesure. On sait qu’on fait attention. Je suis assez en confiance [sur la façon] dont on gère la situation à l’école. Je ne suis pas plus inquiète parce que je sais que la personne a respecté toutes les consignes, indique-t-elle.

La directrice du Collège Rivier ne sait d'ailleurs pas comment le retour se fera après la semaine de relâche. On verra avec la santé publique si on a d’autres cas qui se développent dans l’école, pour voir si on a des mesures supplémentaires à prendre, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !