•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral investit 3 M$ en cybersécurité à Gatineau

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité

Le gouvernement fédéral investit dans 3 organismes de cybersécurité à Gatineau.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral investit 3 millions de dollars dans trois organismes œuvrant en cybersécurité à Gatineau.

Cet investissement survient dans le cadre d'un investissement de 16 millions $ du programme Croissance économique régional par l’innovation, qui vise à soutenir les petites et moyennes entreprises du Québec à se développer.

Dans une précédente version de cet article, il était indiqué qu'In-Sec-M est une entreprise privé. Il s'agit en fait d'une organisation à but non lucratif.

Vendredi, Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, a annoncé l’appui financier au Laboratoire d’identité numérique du Canada, au Cégep de l’Outaouais et à l’organisation à but non lucratif, In-Sec-M, qui regroupe une centaine de membres au Canada.

Mélanie Joly parle à la Chambre des communes.

Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Greg Fergus, député de Hull–Aylmer et secrétaire parlementaire du président du Conseil du Trésor et de la ministre du Gouvernement numérique, Steven MacKinnon, député de Gatineau et William Amos, député de Pontiac et secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie (Science) étaient aussi présents lors de l’annonce.

Le Laboratoire d’identité numérique du Canada, obtiens 1,5 M$ pour l’aider dans son démarrage et aussi pour acheter de l’équipement spécialisé. 

Le projet que l’organisme propose vise à accélérer l’adoption de solutions d’identité numérique, à encourager les transferts technologiques et à offrir des services d’identité numérique aux entreprises québécoises et canadiennes, mènera à la création et au maintien de 22 emplois, peut-on lire.

Le Cégep de l’Outaouais, obtient 900 000 $ pour permettre à CyberQuébec, un Centre collégial de transfert de technologie, d’acquérir des équipements informatiques hautement sécurisés.

In-Sec-M, innovation, sécurité et marché, obtient 820 125 $ et créera deux emplois.

Le gouvernement du Canada est fier de reconnaître et d’appuyer les entreprises, les organismes et les organisations des secteurs d’activité qui sont des sources de fierté et de bons emplois dans leurs communautés, soutient la ministre Joly par voie de communiqué.

L’avenir et la relance économique du Québec reposent sur les industries qui constituent le fleuron des économies régionales, ajoute-t-elle. C’est pourquoi nous apportons notre soutien aux régions du Québec, comme ici, en Outaouais, où le secteur de la cybersécurité est en effervescence.

Gatineau zone d'innovation

C’est une certaine reconnaissance de la part du gouvernement fédéral qu’il y a plusieurs morceaux d’un casse-tête et ils sont en train de se mettre en place, soutient Antoine Normand, président de In-Sec-M et du Laboratoire d’identité numérique du Canada en entrevue à Radio-Canada.

Éventuellement, Gatineau va devenir ce qu’on va appeler une zone d’innovation en cybersécurité, ou on va concentrer de l’industrie, des entreprises privées, des moyens éducationnels en cybersécurité.

Une citation de :Antoine Normand, président, In-Sec-M et Laboratoire d’identité numérique du Canada

Selon lui, la région se positionne de manière importante pour participer dans ce secteur économique en plein essor.

Antoine Normand au microphone lors d'un événement en mars 2017

Antoine Normand, est le président de Blue Bear LES, et maintenant président de In-Sec-M et du Laboratoire d’identité numérique du Canada.

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

La pandémie est venue accélérer tout ça, il y a énormément de monde en télétravail, les gouvernements ont de plus en plus de pression pour donner des services en ligne, il y a une transformation numérique qui est en train de s’opérer et c’est là que toutes les questions de confiance numérique, identité numérique, viennent intervenir et nous on pense que c’est ici que ça va se passer, explique M. Normand.

Les contrôles de cybersécurité pour les petites et moyennes entreprises sont de plus en plus importants dans l’économie numérique, soutient le député William Amos par voie de communiqué. 

En obtenant la certification CyberSécuritaire Canada, les entreprises canadiennes amélioreront leur avantage concurrentiel en rassurant leurs clients, partenaires, investisseurs et fournisseurs sur la sécurité des informations précieuses qu’elles leur fournissent, ajoute-t-il.

CyberSécuritaire Canada est un programme fédéral de certification volontaire en matière de cybersécurité pour aider les petites et moyennes entreprises à se protéger contre les cyberattaques. 

Selon l’enquête canadienne sur la cybersécurité et le cybercrime de Statistique Canada, plus d’une entreprise sur cinq a été touchée par des incidents de cybersécurité en 2017.

Avec des informations de Stéphane Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !