•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région de Peel veut sortir du confinement le 9 mars

Un inscription au néon qui dit ouvert dans la vitrine d'un commerce.

La région de Peel est actuellement l'un des trois seuls secteurs à être toujours confinés en Ontario, en plus de Toronto et la région de North Bay.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson (CBC)

Radio-Canada

Les élus du conseil régional de Peel ont voté à l'unanimité en faveur de la levée de l'ordre de rester à la maison et de la réouverture des commerces non essentiels.

Ce vote survient alors que la multiplication des cas de variants plus contagieux dans le Grand Toronto préoccupent les autorités de la santé publique.

La mairesse de Mississauga Bonnie Crombie, l'instigatrice de la motion en faveur du déconfinement, affirme que la réouverture est conditionnelle à l'approbation du médecin hygiéniste local, le Dr Lawrence Loh, et au fait que le nombre d'infections demeure sous la barre des 100 par 100 000 habitants.

Actuellement, il y a environ 85 cas de COVID-19 par 100 000 habitants dans la région de Peel.

Mme Crombie pense que la région devrait passer en zone rouge le 9 mars, soit le niveau d'alerte le plus élevé après le gris, selon le système de couleurs provincial.

Pour sa part, le Dr Loh dit vouloir attendre encore quelques jours pour prendre position. Il veut éviter de rouvrir trop rapidement et de se retrouver avec une troisième vague.

Les régions de Peel et de North Bay et Toronto sont les trois seuls secteurs à être toujours confinés en Ontario. Les autorités locales de santé publique avaient demandé au gouvernement Ford d'y prolonger son ordre de rester à la maison jusqu'au 8 mars, en raison de la propagation des cas de variants plus contagieux, notamment.

À Toronto, le maire John Tory s'est dit déterminé à voir la ville sortir du confinement le 9 mars, mais la médecin hygiéniste locale, la Dr Eileen de Villa, a semblé moins optimiste jusqu'à maintenant.

Pour le maire de Brampton Patrick Brown, tous les indicateurs sont bons pour rouvrir, notamment les capacités d'accueil des hôpitaux qui sont à leur niveau optimal depuis ces six derniers mois.

Il fait remarquer que, selon les données cellulaires, la population se déplace vers les zones où les restrictions sanitaires sont assouplies. Le Grand Toronto, interconnecté, gagnerait ainsi à uniformiser ses mesures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !