•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le robot C-3PO, ce grand incompris

L'acteur est assis sur un fauteuil, devant une table où trône une figurine de C-3PO, le personnage qu'il incarne dans les films.

Anthony Daniels est le seul acteur à avoir été présent dans les neuf longs métrages de la saga originale de Star Wars.

Photo : AFP/Getty Images / Martin Bureau

Radio-Canada

L'acteur Anthony Daniels a brillé de tous ses feux sous la carcasse métallique de C-3PO, mythique robot de la série Star Wars. A-t-il toutefois eu la reconnaissance qu'il méritait? « Non », écrit-il dans son livre intitulé Je suis C-3PO, qui vient de paraître en français.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Le droïde protocolaire C-3PO maîtrise près de 6 millions de formes de communication dans la série de films Star Wars, mais c'est en français que l'acteur britannique qui l'a incarné pendant près de 40 ans nous parle depuis son domicile situé en Angleterre : Je ne pensais jamais écrire un livre et j'ai trouvé cela plus difficile que je l'imaginais, mais ça m'a rendu plus fier, d'autant plus que la version anglaise s'est plutôt bien vendue.

Il y a une belle histoire d'amour entre les fans de Star Wars et le robot C-3PO. Dans le premier film, sorti en 1977, Star Wars, épisode IV : un nouvel espoir, et dès les premières minutes du film, il est la porte d'accès avec son acolyte R2-D2 à la galaxie imaginée par le réalisateur George Lucas.

Doré et resplendissant, C-3PO a des airs de l'androïde Maria dans le film de science-fiction Metropolis (1927), de Fritz Lang, et sa drôle de complicité avec R2-D2 n'est pas sans rappeler les deux paysans pauvres du film La forteresse cachée (1958), d'Akira Kurosawa. Même s'il s'agit d'un robot de protocole, C-3PO fait rire et il dérange parfois, comme lors de la scène du baiser entre la princesse Leia et Hans Solo dans l'Épisode V : l'empire contre-attaque (1980) : Le plus important est que j'ai gagné un ami en C-3PO. J'aime beaucoup son caractère. Je suis le gardien, je pense, de sa mémoire. Il m'a donné des amis un peu partout sur la planète.

Avec son livre, Anthony Daniels a voulu raconter des histoires inédites de ses tournages de la saga Star Wars et prendre sa place au soleil. Dans une écriture simple, il décrit son audition (qu'il a failli décliner) pour le rôle, sa première rencontre avec George Lucas, puis ses jours passés à enfiler parfois pendant deux heures son costume de fibre de verre.

Nous avons travaillé pendant six mois sur ce costume aux studios d'Elstree à Londres. Lors du tournage en Tunisie pour l'Épisode IV : un nouvel espoir, il y a eu beaucoup d'ajustements à faire et parfois cela relevait du cauchemar. À la page 35 de son livre, il ajoute : J'aurais peut-être dû devenir avocat.

Évidemment, il blague, car petit à petit, il s'est approprié le personnage : La voix de C-3PO est arrivée comme par magie lors du premier jour de tournage. Je l'ai imaginée toujours stressée et un peu énervée. Plusieurs mois après le tournage, ils ont essayé de doubler ma voix avec un acteur américain, mais sans succès. Ils ont donc gardé ma voix. C-3PO est une question d'image, d'attitude et de voix.

Les quatre acteurs sont pris en photo sur le plateau durant une pause le 5 octobre 1978.

Sur un plateau de tournage, en 1978 : Harrison Ford (Han Solo), Anthony Daniels (C-3PO), Carrie Fisher (la princesse Leia) et Peter Mayhew (Chewbacca).

Photo : The Associated Press

D'abord comédien formé pour le théâtre, Anthony Daniels est arrivé un peu par hasard et grâce à Star Wars dans le monde du cinéma. Sa filmographie est d'abord et avant tout une « droïdographie », car sa carrière s'est principalement déroulée dans la peau du célèbre robot doré.

Si la saga a eu droit à de nombreux éloges, Anthony Daniels s'est souvent senti écarté et blessé. Dans son livre il écrit à la page 269 : Tout, autour du premier film, m’a enlevé ma confiance en moi pour la remplacer par de la colère. Oui, j’ai eu la chance extraordinaire de travailler avec un génie. L’homme n’est pas toujours à l’aise en société, et encore moins pour diriger des acteurs, vis-à-vis desquels il se montre plutôt avare de louanges.

En entrevue, Anthony Daniels ne veut pas trop en ajouter : George Lucas est un génie, il est quelqu'un qui travaille très fort, mais sa zone de confort, c’est lorsqu'il est dans le montage du film.

Écrit pendant le tournage de l'Épisode IX : l'ascension de Skywalker (2019), le livre Je suis C-3PO vient de paraître en français, ce qui réjouit Anthony Daniels : Mon épouse et moi avons une maison en France, donc c'est tout normal pour nous que ce livre soit traduit en français. C'est un honneur pour moi.

Avec ses mémoires, Anthony Daniels ferme en quelque sorte les livres d'une carrière passée dans la peau de C-3PO.

Pour les fans, il s'agit de précieux souvenirs.

Je suis C-3PO : les souvenirs ne s'effacent pas

Anthony Daniels

Avant-propos de J.J. Abrams

Éditions Dargaud/Fantask

Traduit de l'anglais par Isabelle Pernot

277 pages

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !